Shamengo A2 Élémentaire

France : une étiquette contre le gaspillage

Quels sont les mots pour parler du commerce alimentaire ?
Aidez-vous des définitions en italique pour les retrouver. Faites attention aux accords.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
Shamengo-GueulesCassees-gaspillage-video
Pour réduire le gaspillage|.a..i..a.e (= action de jeter quelque chose qui peut être utilisé), Nicolas Chabanne, un consommateur|.o..o..a.eu. (= mangeur) de fruits et légumes, décide de s'attaquer à la grande|..a..e distribution|.i...i.u.io. (= ensemble de lieux de vente, des petits commerces aux supermarchés) et crée la marque Les Gueules Cassées.
Beaucoup d’ agriculteurs|a..i.u..eu.. (= personnes qui cultivent des fruits et légumes) jettent des fruits et légumes non conformes parce que les magasins ne les acceptent pas dans les rayons|.ayo.. (= parties dans un magasin).
Avec cette marque, Les Gueules Cassées ont tout gagné : les producteurs|..o.u..eu.. (= personnes qui produisent des aliments) peuvent vendre aux consommateurs à travers les services du distributeur|.i...i.u.eu. (= intermédiaire qui distribue les aliments, par exemple : les supermarchés).
La vente d' étiquettes|é.i.ue..e. (= objets autocollants qui représentent une marque) permet à l'entreprise de continuer son travail et aider les associations locales.
nbOk1 mot(s) correctement orthographié(s)
nbOk2 mot(s) mal accentué(s)
nbKo mot(s) à corriger

Attention

Aidez-vous de la transcription ou cliquez sur « cc » pour activer les sous-titres de la vidéo.

Bravo

Vous avez bien retrouvé les mots pour parler du commerce alimentaire. 
Faites cette nouvelle série d’exercices pour découvrir comment au Canada on fait pousser des fruits et légumes en ville !
Cette activité vous permet de retrouver des mots pour parler du commerce alimentaire. 
Lisez la solution, puis faites cette nouvelle série d’exercices pour découvrir comment au Canada on fait pousser des fruits et légumes en ville !
Conception : Tatiana Bésory, CAVILAM – Alliance Française
Publié le 02/06/2020 - Modifié le 04/08/2020
Voix off
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées1 , Mormoiron, France.
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées
40 % de la nourriture produite sur cette terre ne voit pas un estomac humain.
Voix off
Pour réduire ce gaspillage alimentaire, ce consommateur décide de s’attaquer au calibrage des fruits et légumes imposé par la grande distribution. Une absurdité conduisant chaque année les agriculteurs à jeter 20 % de leur production.
Producteur de raisins interrogé
Tout ce qui est petit comme ça, on le laisse. On le prend pas parce que c’est pas conforme.
Voix off
Au printemps 2014, Nicolas lance l’idée de faire revenir ces fruits et légumes en rayon, et de les vendre 30 % moins cher.
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées
Au début, on les a proposés : ça n’a pas marché. On a mis un petit panneau : « Je suis un peu différent, mais très bon. » Et le dire ne suffisait pas.
Voix off
Nicolas demande alors à un cousin graphiste de lui dessiner un logo : une pomme en forme de gueule cassée.
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées
Quand il a fait une version vraiment cabossée, il manquait encore une chose. Et je lui ai dit : « Écoute, mets une dent ! Mets une dent au milieu ! » En tant que graphiste, il dit : « Non, attends, c’est too much  ! »
Voix off
Une première marque mondiale antigaspi, au sourire édenté, voit le jour. Le succès est alors fulgurant.
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées
En réfléchissant à cette année complètement dingue où, en une année, on passe de deux points de vente à plus de cinq mille, vingt pays viennent nous voir… Ça a marché parce qu’on a confié un peu l’idée, avec certaines règles du jeu, à une série d’acteurs, et tout le monde s’est passé le relais de cette bonne idée de bon sens.
Voix off
Gagnante pour le consommateur, le producteur et le distributeur.
Nicolas Chabanne, fondateur des Gueules Cassées
On devait faire des fruits et légumes. Y a eu tellement d’appels de gens à qui on a dit : « Non non, on fait pas les camemberts, les céréales… » Les gens revenaient en disant : « Attendez, pourquoi vous ne le faites pas ? » On a dit : « Écoutez, finalement, essayons ! »
Voix off
Cette initiative prospère grâce à la vente d’étiquettes sur lesquelles sont prélevés un centime pour les frais de fonctionnement, un centime pour permettre à un citoyen de développer l’idée, et un centime pour soutenir les associations locales. Alors, prêts à sourire aux Gueules Cassées ?
[1] Le nom de la marque fait référence aux soldats qui ont survécu à la Première Guerre mondiale mais qui avaient de graves blessures, notamment au visage.

Vous aimerez peut-être