Courts métrages A2 Élémentaire

Cul de bouteille

Regardez l'extrait. Cliquez sur les images pour les agrandir : regardez le visage d'Arnaud. Est-ce qu'il est content, surpris, en colère ?
Cochez la bonne réponse.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

CourtMetrage-CulDeBouteille-Video

Arnaud est

étonné parce que le coquillage bouge.
triste parce que ses camarades se moquent de lui.
en colère parce que ses parents le fâchent.

Arnaud est

content parce qu'il ne pleut plus.
honteux parce que ses parents le fâchent.
en colère parce que la chauve-souris est partie.

Arnaud est

content parce que l'école est terminée.
honteux parce que ses parents le fâchent.
triste parce que la journée a été difficile.

Arnaud est

en colère parce que le monde est moche avec ses lunettes.
content parce qu'il ne pleut plus.
triste parce que la licorne s'est enfuie.

Arnaud est

content parce qu'il voit des choses extraordinaires.
en colère parce que ses camarades se moquent de lui.
triste parce qu'il doit rentrer chez lui.

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Regardez de nouveau l'extrait. Cliquez sur les images pour les agrandir : les expressions du visage d'Arnaud vous permettent d'identifier les émotions.

Double-cliquez sur les mots pour utiliser le traducteur Alexandria.

Bravo

Les émotions d'Arnaud changent. Il y a la joie parce qu'il voit des choses extraordinaires, il y a la honte parce qu'on le gronde, la tristesse parce qu'on se moque de lui. Il y a aussi la colère parce qu'il doit porter des lunettes qu'il n'aime pas.  
Le dessinateur a bien dessiné les émotions du petit garçon.
Pour en savoir plus sur les rencontres que fait Arnaud, faites les activités suivantes.
Cette activité vous permet d'identifier les émotions d'Arnaud : la joie, la honte, la tristesse, la colère... 
Pour en savoir plus sur les rencontres que fait Arnaud, faites les activités suivantes.
Conception : Céline Savin, CAVILAM - Alliance française
Publié le 01/07/2014 - Modifié le 13/06/2019
Arnaud ne voyait rien, le docteur était formel, tout au plus quelques tâches floues. Arnaud devait donc porter d’horribles lunettes aux verres épais, d’affreux binocles, des culs de bouteille qui rapetissaient ses yeux et lui donnaient un air si étrange qu’il effrayait ses parents et devenait la risée de ses camarades. Mais surtout, Arnaud détestait ce qu’il voyait. Il préférait le monde flou et les formes changeantes d’un univers d’enfant nourri d’imaginaire fertile.
 
Le docteur avait tout faux. L’enfant voyait bien plus que des tâches floues. Il voyait des choses que personne d’autre ne semblait voir. Il voyait l’extraterrestre planqué dans la cuisine, paré pour l’invasion.
Il voyait le troll immobile près à gober l’invité qui récupère son veston. Il voyait la chauve-souris assoupie, digérant sa proie dans le noir.
« Quel étourdi ! Où sont tes lunettes ! »
Oui, Arnaud préférait contempler le monde sans elles, à l’aveuglette, n’en déplaise à son maître qui le forçait toujours à les remettre.
« Cul de bouteille, cul de bouteille, cul de bouteille »
Cul de bouteille, c’était son nom à présent.
La journée avait été difficile. Arnaud n’avait pas envie de rentrer chez lui. Pas tout de suite.
Fichues lunettes. Tout était plus moche à cause d’elles.  À quoi bon les porter. Après tout, pas besoin d’elles.
Arnaud les connaissait par cœur ces ruelles. Ici le territoire ou flânait le paisible diplodocus. Là les abysses qui cachaient la pieuvre mutante. Plus loin, les ruines arpentées par le robot guerrier. Enfin, la carrière du géant mangeur de pierre.

Vous aimerez peut-être