Culture(s) / Proposer une sortie

A1 Débutant

Dans votre pays, que dites-vous pour inviter un collègue ? Pour inviter une amie ? Une femme peut-elle inviter un homme ? Quelles sont les formules d'usage pour les lettres ou les courriels d'invitation ?

Entrer en contact avec quelqu'un
 
Clover, la jeune fille, est très directe pour engager la conversation et se faire inviter. C’est possible entre adolescents et étudiants. C’est aussi possible qu’une personne de sexe féminin fasse les premiers pas dans une relation. Cependant, dans une proposition, même directe, il faut utiliser la forme verbale du conditionnel (« dirait » pour « dire », « laisserais » pour « laisser ») pour respecter le code de politesse.

Clover aime se faire offrir la boisson alors que c’est elle qui prend l’initiative de l’invitation. Actuellement, celui ou celle qui invite règle la note, mais certaines traditions de galanterie où l'homme paie pour la femme, demeurent.

On dit « vous », à une personne que l’on ne connait pas ou peu, ou à une personne à qui l’on veut manifester une marque de respect (personne plus âgée, professeur, personne occupant un poste professionnel plus élevé).  

Écrire à quelqu'un
 
La lettre ou le courriel d’invitation comporte généralement une formule d’adresse, celle-ci sera plus conventionnelle si elle s’adresse à quelqu’un que l’on ne connait pas ou peu « Madame », « Monsieur », « Mademoiselle ».
Si on connaît bien la personne à qui l’on destine le courrier, on se contentera de formules telles que « Chère Anita », « Cher Jean », « Bonjour », « Coucou », « Salut », ….

La lettre ou le courriel d’invitation se clôture par une signature généralement précédée d’une formule de salutation. Cette salutation est adaptée à la personne à laquelle on s’adresse : « Bien à vous » si on veut marquer une certaine distance, un certain respect ; « A bientôt », « Salut », « Bises », « Bisous », si on entretient une relation amicale ou affectueuse.