Courts métrages B2 Avanzado

La "Nuit américaine" d'Angélique

L'histoire de ce court métrage, sa forme et les choix des réalisateurs sont particulièrement intéressants.
Pour mieux le comprendre, regardez l'ensemble des deux extraits et lisez attentivement le texte pour reconstituer la critique.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
CourtMetrage-NuitAmericaine-Extrait1et2-Video
De l’encre à l’écran
Ce film d’animation est une adaptation d'un des récits de l’ouvrage d'Olivia Rosenthal, Ils ne sont pour rien dans mes larmes, paru en 2012. Dans cet ouvrage, des personnages racontent comment un film a changé leur vie. Reprenant la recherche de l’écrivain sur la réalité sensible et intime du cinéma, le film donne justement à ce récit une forme de cinéma.

♦ Le cinéma dans le cinéma
La présence de l’écran dans l’écran dans le film court de Pierre-Emmanuel Lyet et Joris Clerté, illustre cette mise en abyme.
Le court métrage animé rend hommage à La nuit américaine, fiction sur les difficultés et les joies du tournage d’un long-métrage dans lequel le réalisateur François Truffaut interprète son propre rôle.

♦ Une esthétique sobre
Joris Clerté explique avoir choisi délibérément une esthétique sobre, pour que les spectateurs puissent projeter leurs propres images dans ces formes simples d'ombres chinoises.
L’animation est minimaliste : trait simple, en noir, blanc et dégradés de gris. Les réalisateurs ont aussi choisi une musique discrète : quelques accords de guitare soutiennent la douce voix de Louise Bourgoin qui murmure son texte en off.
nbOk elemento (s) correctamente colocado (s) de nb
Cuidado
Double-cliquez sur les mots si vous avez un doute sur leur sens.
Identifiez la nature de l'élément à placer (groupe verbal, groupe nominal...)

À noter :
- La mise en abyme est un procédé consistant à représenter une œuvre dans une œuvre similaire.
- Les ombres chinoises : le théâtre d'ombres chinoises est une forme de théâtre, accompagné de musique et de chants, qui met en scène des silhouettes de personnages en cuir ou en papier. Manipulées par des marionnettistes à l'aide de tiges, elles projettent leurs ombres sur un écran de tissu translucide éclairé à l'arrière.

¡Enhorabuena!
Le texte de cette critique vous permet de mieux saisir la portée du court métrage.
Et vous, quel film a changé votre vie ?

Pour aller plus loin côté cinéma, n'hésitez pas à visionner cet extrait de "La Nuit américaine de Truffaut tout en écoutant son célèbre thème musical.
Et côté lecture, feuilletez quelques pages du livre d'Olivia Rosenthal.
Le texte de cette critique vous permet de mieux saisir la portée du court métrage.
Et vous, quel film a changé votre vie ?

Pour aller plus loin côté cinéma, n'hésitez pas à visionner cet extrait de "La Nuit américaine de Truffaut tout en écoutant son célèbre thème musical.
Et côté lecture, feuilletez quelques pages du livre d'Olivia Rosenthal.
Conception: Frédérique Treffandier, CAVILAM - Alliance française
Published on 04/02/2016 - Modified on 26/04/2019
La Nuit américaine d’Angélique
Idée originale et texte : Olivia Rosenthal
"La nuit Américaine d'Angélique" est publié dans "Ils ne sont pour rien dans mes larmes" (Verticales, 2012)
 

Premier extrait 
La Nuit américaine, je l’ai vu à douze ans avec mon père, et à la fin du film j’ai su que je serais comme Nathalie Baye, je serais scripte.
Personne ne sait en quoi consiste exactement le métier de scripte.

La Nuit américaine de François Truffaut raconte les difficultés d’un tournage, les acteurs oublient leur texte, le chat refuse de boire le lait, la femme du régisseur s’obstine à rester dans le cadre, il y a des contretemps, des tensions, des aléas, des circonstances.
 
Coupez ! On va refaire.

Être scripte, c’est avoir de la mémoire
c’est être disponible tard le soir pour le metteur en scène qu’on admire ou qu’on aime ou qu’on croit qu’on admire alors qu’en fait on l’aime
c’est remplir le vide
se rendre indispensable
garder le moral quand rien ne va
coucher à droite à gauche mais jamais pendant les prises
vivre intensément mais jamais entre les films
c’est maîtriser, contrôler, ne rien laisser au hasard.
 
Nous pourrions tous être scriptes si nous le voulions.
 
Deuxième extrait
Je ne sais pas pourquoi je me suis identifiée à Nathalie Baye, elle ne me ressemble pas, elle ne ressemble pas à ma mère, elle ne ressemble à aucune femme de ma famille, je crois que je voulais être scripte pour construire quelque chose avec une équipe quand tout autour de moi était en train de se défaire.
 
Les enfants imaginent que leur père a quelque chose à leur dire. Ils imaginent que leur père n’arrive pas à le leur dire. Ils imaginent que le cinéma dira quelque chose à la place de leur père, que chaque film est une grande histoire parlée qui leur est directement adressée. Au lieu de regarder les images, ils écoutent et écoutent encore comme s’ils entendaient enfin la voix de leurs parents.
 
(Chuchotement) Beaucoup de silence et beaucoup de justesse. 
Dans cette scène ça ne fonctionne pas, il manque une idée.
 
Le plus beau, c’est quand Nathalie Baye rejoint le metteur en scène dans sa chambre et qu’ensemble ils parlent du tournage. Truffaut, qui joue le réalisateur, dicte à Nathalie Baye les dialogues pour le lendemain, elle les tape à la machine, il est très tard. Dans la nuit, elle longe les couloirs de l’hôtel, je me souviens, elle, seule dans le noir, glissant ses messages, ses feuilles de dialogues, sous les portes des acteurs, c’est le métier que j’ai tout de suite eu envie de faire. 
 

También puede que le guste...