Diplôme de français des relations internationales B2 Avanzado

La liberté de la presse

Jean-Marie Cavada utilise de nombreuses expressions imagées (ou figures de styles) pour expliquer ses idées. Les avez-vous comprises ?
Complétez-les en vous aidant des définitions des mots à retrouver.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
FRI-Liberte-Presse-BarEurope-Cavada-extrait-video
⇒ La Turquie est la plus grande prison|...... (un bâtiment où sont enfermés les criminels) à ciel ouvert|...... (qui n'est pas fermé) pour les journalistes. ♦ Même si les journalistes ne sont pas réellement enfermés, ils ne sont pas libres.
⇒ Erdogan avance avec ses pattes|...... (les membres d'un animal) dans des gants|..... (des vêtements qui couvrent les mains) de velours|....... (un tissu très doux) vers la presse. ♦ Il tente de prendre le contrôle de la presse en cachant sont intention réelle.
⇒ La presse va être totalement muselée|....... (se dit d'un chien dont la gueule est entravée pour qu'il ne morde pas). ♦ Elle ne pourra plus s'exprimer librement.
⇒ Ce sont des gens extrêmement sérieux qui, naturellement, ne peuvent pas coucher|....... (avoir une relation intime) intellectuellement|.................. (au niveau de la pensée) avec cet homme. ♦ Ces journalistes ne peuvent pas accepter de se soumettre à la façon de penser d'Erdogan.
⇒ Cet homme est en train de vouloir jouer|..... (s'amuser, interpréter un rôle) au sultan|...... (le souverain de l'ancien empire ottoman). ♦ Erdogan se prend pour le chef suprême et incontesté de la Turquie.
nbOk1 palabra (s) correctamente ortografiada (s)
nbOk2 palabra (s) equivocadamente acentuada (s)
nbKo palabra (s) quedan por corregir
Cuidado
Toutes ces expressions sont utilisées pour parler de la Turquie, dans la première partie de la vidéo. Écoutez bien pour retrouver les mots employés.
¡Enhorabuena!
Au début de la vidéo, Paul Germain cite RSF  : Reporters sans frontières. Observez la carte montrant l'état de la liberté de la presse dans le monde et lisez l'analyse faites par cet organisme.
Au début de la vidéo, Paul Germain cite RSF  : Reporters sans frontières. Observez la carte montrant l'état de la liberté de la presse dans le monde et lisez l'analyse faites par cet organisme.
Conception: Rémy Thomas, Alliance française de Bruxelles-Europe
Published on 28/12/2017 - Modified on 10/12/2018
Paul Germain, présentateur

Alors, je vous montre une photo. C’est la photo d’un journal d’opposition, un journal indépendant en Turquie. RSF déclare d’ailleurs que la Turquie est la plus grande prison à ciel ouvert pour les journalistes.

Jean-Marie Cavadadéputé européen et ancien journaliste

Franchement, je partage exactement cette observation. C’est une formule mais qui décrit totalement une réalité. Et ça fait un moment qu’Erdogan avance ses pattes dans des gants de velours vers la presse et maintenant, la presse va être totalement muselée. Vous faites allusion aux journalistes d’un très grand journal qui s’appelle Cumhuriyet qui sont des gens remarquables, sérieux et qui, naturellement, ne peuvent pas aller, ne peuvent pas coucher intellectuellement avec cet homme qui est en train de vouloir jouer au sultan et qui gomme un siècle d’histoire, quasiment un siècle. C’est-à-dire, tous les francs-maçons qui étaient autour de Kemal Atatürk et qui ont écrit une constitution laïque et qui ont décrit les protections pour la liberté et notamment la presse qui, déjà, était dans leurs pensées. Et voici que le monde entier est bardé de communication avec des oreillettes partout, avec des portables partout, mais que la liberté, ce qu’il y a de plus précieux dans la pensée des hommes, dans leur cerveau est en train de partir et de s’évanouir. À la fois sous l’influence des réseaux sociaux, parce que ceux-ci sont faciles pour ceux qui attaquent les libertés et à la fois sous l’influence des systèmes de dictature – tous – qui se mettent en place et la dictature douce, petit à petit elle perd son adjectif, ça finit par une autocratie, voire des dictatures avec les prisons.

Paul Germain, présentateur

Vous avez parlé du danger du terrorisme. À cause du terrorisme, beaucoup de pays européens comme l’Allemagne ou la France ont adopté des lois de surveillance de masse sans exception pour les journalistes. Est-ce que ça, ce n’est pas un vrai danger ?

Jean-Marie Cavadadéputé européen et ancien journaliste

Vous savez, nous sommes dans un piège terrible. Le piège terrible, c’est celui de la peur que les terroristes ont, je dirais, injectée en Europe : en Belgique, en France, en Italie, en Grande-Bretagne, en Espagne en 2004, etc. Je dois en oublier, d’ailleurs, ils m’excuseront. Et la réaction à la peur c’est de se mettre, je dirais, des barricades sur soi, c’est de se protéger le plus possible. Mais pour se protéger, on s’en remet au système public, au gouvernement, à la police, aux renseignements et aux mesures de sécurité prévues au public. Et le résultat, c’est qu’on ira de plus en plus vers ces systèmes de protection et là-dedans, au fond, nous perdons le contrôle des libertés. Avoir gardé un équilibre et avoir le soutien d’un peuple est devenu difficile actuellement et il faut faire très attention. Si vous donnez un bras, vous perdrez le corps. Il faut faire très attention.

También puede que le guste...