Diplôme de français des relations internationales B2 Avanzado

Francophonie : les sujets qui font débat

Dans cette interview, le journaliste et l'invitée utilisent des mots ou des structures pour atténuer leurs propos.
À l'aide des indications entre parenthèses, complétez les extraits avec les mots entendus.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
FRI-B2-Internationales-Mushikiwabo-video
Marc Semo : Est-ce qu’il n’y a pas le risque que finalement si on élargit trop, la Francophonie perde un peu sa raison d’être (pour ne pas dire : renonce tout à fait à ses valeurs fondatrices) ?
Louise Mushikiwabo : J’ai été très positivement étonnée par l’attrait que notre organisation a pour beaucoup de pays qui ont très peu à voir avec la langue française (pour ne pas dire : qui sont non francophones).
Je pense qu’on peut attirer, du moins laisser les pays qui veulent faire partie de notre organisation tout en faisant, bien sûr sur des critères sur lesquels les membres devraient s'entendre (
pour ne pas dire : sur lesquels il est indispensable qu'ils se mettent d'accord), une certaine catégorisation (pour ne pas dire : qui reste à définir).
Ce n’est pas précis la démocratie, ce n'est pas une science précise
(pour ne pas dire : il faut redéfinir le concept selon d'autres systèmes de valeur).
nbOk1 palabra (s) correctamente ortografiada (s)
nbOk2 palabra (s) equivocadamente acentuada (s)
nbKo palabra (s) quedan por corregir
Cuidado
Pour vous aider :
N°1 : le verbe est au subjonctif.
N°2 : « avoir à voir avec » signifie « être en rapport avec ».
N°3 : le verbe est au conditionnel.
¡Enhorabuena!
Lisez la solution afin de prendre connaissance des outils linguistiques (les adverbes, les adjectifs, le conditionnel présent) qui peuvent vous permettre d'atténuer vos propos.
Dans l'activité suivante, vous allez découvrir comment « répondre sans répondre » aux questions embarrassantes.
Lisez la solution afin de prendre connaissance des outils linguistiques (les adverbes, les adjectifs, le conditionnel présent) qui peuvent vous permettre d'atténuer vos propos.
Dans l'activité suivante, vous allez découvrir comment « répondre sans répondre » aux questions embarrassantes.
Conception: Marjolaine Pierré, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 24/07/2019
Marc Semo, journaliste
Un des débats récurrents, c’est celui de l’élargissement de la Francophonie, là, quatre nouveaux membres ont été acceptés comme observateurs. Selon vous, jusqu’où faut-il élargir la Francophonie et surtout sur quels critères ? Est-ce que c’est simplement le rapport la relation du français, la question des droits de l’Homme ? Quels sont les critères pour un élargissement ? Est-ce qu’il n’y a pas le risque que finalement si on élargit trop, la Francophonie perde un peu sa raison d’être ?
Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie
Je dois dire que quand j’ai voulu me présenter à ce poste de secrétaire générale, j’ai été très positivement étonnée par l’attrait que notre organisation a pour beaucoup de pays qui ont très peu à voir avec la langue française. Pour moi, je pense que c’est une bonne chose d’avoir cette attractivité en tant qu’organisation, seulement, encore une fois, dans la logique de focalisation, je pense qu’on peut attirer, du moins laisser les pays qui veulent faire partie de notre organisation tout en faisant, bien sûr sur des critères sur lesquels les membres devraient s’entendre, une certaine catégorisation, je pense qu’on ne peut pas dire à des pays qui nous aiment, qui veulent faire partie de notre organisation : « Non, on ne veut pas de vous ». Mais on peut dire « Vous faites partie de notre organisation, à ce niveau d’état ou de gouvernement membre et voici ce à quoi on aspire et ça, encore une fois, on est arrivé… c’est pour ça, je dis que le moment est venu, c’est le moment justement de réfléchir à tout ça.
Françoise Joly, journaliste
Mais, par rapport à ça, justement, poursuivons cet entretien. Dans une interview à l’agence France-Presse, vous avez déclaré « la notion de démocratie et des droits, ce n’est pas toujours très clair, très précis », alors aujourd’hui vous êtes secrétaire générale de la Francophonie. Comment, par rapport à cette institution qui défend ces valeurs universelles de démocratie, d’état de droits et des droits de l’Homme, comment vous, allez-vous défendre ces valeurs ?
Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie
Vous savez ces valeurs…
Françoise Joly, journaliste
Après avoir dit que c’était quelque chose qui n’était pas très précis et pas très clair.
Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie
Ce n’est pas précis la démocratie, ce n’est pas une science précise mais tout le monde comprend ce que c’est la démocratie. Le fait que nos citoyens puissent avoir un mot à dire dans la manière dont ils sont gouvernés, le fait qu’ils aient droit à certains fondamentaux. Tout le monde comprend ça, c’est les mêmes valeurs que nous défendons aussi au sein des Nations-Unies et d’autres organisations. Je crois que… vous savez la démocratie aujourd’hui est en crise un peu partout dans le monde et je crois qu’il faudrait surtout s’éloigner de cette tentation d’avoir les pays du sud qui sont répressifs, non démocratiques et les pays du nord qui sont les pays qui ont atteint un niveau… bon, c’est clair… de démocratie. Mais y a beaucoup d’interrogations aujourd’hui sur la démocratie, c’est ce que j’ai voulu dire. Et je pense qu’un dialogue, en échange, au sein de notre organisation, aussi sera très important.

También puede que le guste...