Mieux se comprendre B1 Intermedio

Les vecteurs de la communication

Albert Mehrabian, professeur émérite de psychologie à l’université de Californie, s’est intéressé à la manière de s’exprimer, en se concentrant essentiellement sur la forme.
Regardez la vidéo. Complétez le texte pour retrouver ses idées.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
IEAP-M1-P1-Merkel-Sarkozy-2011-Video
Selon Albert Mehrabian, il existe 3 canaux de communication que l’on peut nommer les « 3V » : le Verbal (les mots), le Vocal (le ton, l’articulation, le débit) et le Visuel (les gestes, le langage corporel).
Dans cette vidéo, on sait, grâce au visuel que Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ont une certaine complicité et qu’ils ne sont pas inquiets.
Le vocal, la fermeté de Nicolas Sarkozy dans sa réponse, renforce ce sentiment de confiance.
Enfin, le verbal nous apporte des informations et des précisions sur la situation.

En conclusion, on peut affirmer que les mots sont une chose, mais notre corps parle bien davantage et nos gestes expriment aussi une partie plus ou moins grande du message. Ainsi, nous communiquons en permanence même si nous ne parlons pas.
nbOk elemento (s) correctamente colocado (s) de nb
Cuidado
Repensez à la vidéo d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy. Qu'avez-vous compris en les regardant ? Qu'avez-vous appris en les écoutant ?
¡Enhorabuena!
Finalement, pensez-vous qu'Angela Merkel et Nicolas Sarkozy croient au sérieux budgétaire de l'Italie ? Faites-vous plus confiance au verbal et au vocal ou au visuel ?

La culture influence notre manière de communiquer et de comprendre ce qui est exprimé par notre interlocuteur. Il faut donc prendre conscience du défi que cela représente dans l’interaction interculturelle. Ce qui a une signification pour moi, peut être très différent pour mon interlocuteur et cela peut créer une incompréhension source de blocage.

La prochaine section vous propose d’aborder ce point à travers les risques liés à l’ethnocentrisme.
Les mots sont une chose, mais notre corps parle bien davantage et nos gestes expriment aussi une partie plus ou moins grande du message. Ainsi, nous communiquons en permanence même si nous ne parlons pas.

La culture influence notre manière de communiquer et de comprendre ce qui est exprimé par notre interlocuteur. Il faut donc prendre conscience du défi que cela représente dans l’interaction interculturelle. Ce qui a une signification pour moi, peut être très différent pour mon interlocuteur et cela peut créer une incompréhension source de blocage.

La prochaine section vous propose d’aborder  ce point à travers les risques liés à l’ethnocentrisme.
Conception: Marion-Valérie Grasset, Frank Lavadoux, EIPA et le CAVILAM - Alliance française
Published on 12/07/2016 - Modified on 30/01/2017

También puede que le guste...