Diplôme de français des relations internationales B2 Vantage

Quel avenir pour l'agriculture européenne ?

Pour Benoit Biteau, l’agriculture est à la fois « victime, coupable et solution » par rapport à l’environnement et à l’économie.
Aidez-vous des définitions et des extraits sonores pour retrouver les mots et expressions qui illustrent cette plurivalence.
Écrivez la ou les bonnes réponses dans les cases Help on how to respond the exercice
FRI-B2-BarEurope-BenoitBiteau-Agriculture-bio-video
L'agriculture biologique est victime :
1. sécheresse : (n.f. sing) conditions climatiques caractérisées par une absence ou une insuffisance de pluies durant une longue période.  
2. canicule : (n.f.) vague de très forte chaleur, de jour comme de nuit, pendant 72 heures consécutives minimum.  
3. pénurie : (n.f.) manque de ce qui est nécessaire.  
4. gaz à effet de serre : éléments comme le COou le méthane qui augmentent le phénomène naturel de rétention de la chaleur solaire et de maintien d’une température acceptable sur Terre.  
L'agriculture biologique est coupable :
5. dépendant : (adj.) soumis à un élément extérieur, esclave.  
6. émetteur : (adj.) qui produit vers l'extérieur.  

L'agriculture biologique est solution :
7. séquestrer : (inf.) retenir un élément (chimique).  


8. créateur : (adj.) qui produit quelque chose de nouveau.  

nbOk1 word (s) spelled correctly
nbOk2 word (s) incorrectly stressed
nbKo word (s) to correct
Watch out !
N’hésitez pas à activer les sous-titres en cliquant sur « cc » ou à consulter la transcription pour vous aider.

Attention : ne mettez pas de majuscule à la 1re lettre.
Well done !
Vous avez parfaitement retrouvé les mots et expressions utilisés dans l’extrait pour évoquer le triple rôle de l'agriculture face aux problèmes environnementaux et économiques.
Notez les éléments que vous ne connaissiez pas ainsi que leurs définitions pour pouvoir les réutiliser plus tard.
Faites la dernière activité pour analyser le discours de Benoit Biteau.
Cette activité vous permet de relever les mots et expressions utiles pour évoquer le triple rôle de l'agriculture face aux problèmes environnementaux et économiques.
Lisez la solution, et n’oubliez pas de noter les éléments que vous ne connaissiez pas ainsi que leurs définitions pour pouvoir les réutiliser plus tard.
Faites ensuite la dernière activité pour analyser le discours de Benoit Biteau.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 26/02/2020

Paul Germain, journaliste
Le nouveau commissaire européen à l’agriculture, un Polonais, a déclaré qu’il voulait une politique agricole commune plus verte, qu’il voulait aussi défendre les petites exploitations… Vous demandez à voir ?
Benoit Biteau, député européen Les Verts, paysan et agronome
Je demande à voir. Jacques Chirac disait que les promesses n’engageaient que ceux qui les croyaient. Et je demande à voir d’autant plus que ce que nous a dit clairement le nouveau commissaire à l’agriculture, c’est que lui effectivement, il croyait en ce modèle-là, mais quand on lui demande s’il va utiliser son mandat, qui débute là, pour radicalement changer la politique agricole commune qui peut conduire justement au développement d’une agriculture plus familiale, plus paysanne, moins intensive, moins dépendante des pesticides, moins dépendante des engrais, moins dépendante du pétrole, qui est quand même une sérieuse impasse, la réponse qu’il nous fait, c’est que « ma feuille de route, celle que me donne la Présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, est une feuille de route qui ne m’autorise pas à changer fondamentalement la PAC. » Donc, il y a quand même un sujet, et il va y avoir un vrai télescopage. C’est-à-dire qu’on a voté il y a quelques jours, la dernière fois à la séance plénière de Strasbourg, on a voté l’état d’urgence climatique, et un des premiers items de l’état d’urgence climatique, c’est de changer, en profondeur, l’agriculture et donc la politique agricole commune. Donc là, on a un télescopage d’enjeux qu’il va falloir gérer à l’échelon de la Commission.
Paul Germain, journaliste
Alors précisément, regardez cette photo. C’est la chaîne humaine pour le climat qui a eu lieu à Bruxelles il y a quelques jours. Les agriculteurs ont voulu participer à cette manifestation pour dire que la solution passait aussi par eux. On pointe souvent l’agriculture : elle est à la fois responsable et victime du changement climatique ?
Benoit Biteau, député européen Les Verts, paysan et agronome
Moi je dis qu’elle joue trois rôles, l’agriculture. En tout cas, elle est dans trois rôles au sujet du climat. Elle est victime, c’est pas contestable : on l’a vu avec l’épisode de sécheresse, on l’a vu avec l’épisode de canicule, on le voit avec des pénuries d’eau. Elle est victime du changement climatique. On le voit sur les appellations viticoles d’ailleurs. Mais…
Paul Germain, journaliste
Mais elle produit beaucoup de CO 2 aussi !
Benoit Biteau, député européen Les Verts, paysan et agronome
Elle produit, mais elle peut en séquestrer. Donc, elle est victime, elle est coupable. Le mot est fort : elle est coupable du changement climatique avec entre 25 et 30 % des émissions de gaz à effet de serre liées aux activités humaines issues de l’agriculture, et pas seulement l’élevage. La dépendance au pétrole fait que c’est une activité émettrice de gaz à effet de serre. Mais elle peut aussi être la solution. C’est-à-dire que 60 à 65 % des espaces qui nous environnent sont occupés par des activités agricoles et si on mobilisait ces 60 à 65 % d’espaces occupés par l’agriculture dans une réelle volonté de séquestration de gaz à effet de serre, on a une solution incroyable, efficace, réellement efficace pour séquestrer beaucoup de gaz à effet de serre et notamment ceux créés par les activités humaines. Donc victime, coupable et solution.
Paul Germain, journaliste
Cela dit, il y a encore du chemin. Je crois que c’est 7 % de terres bio en France et en Europe à peu près.
Benoit Biteau, député européen Les Verts, paysan et agronome
Oui, oui, c’est 7 %, c’est moins de 10 %, sauf que c’est créateur d’emploi dans un pays des gens cherchent de l’emploi, beaucoup plus que l’agriculture conventionnelle, donc il y a des atouts, y compris sur l’économie. Et c’est l’occasion, l’opportunité de cesser d’opposer l’écologie et l’économie. On se rend compte en vérité, à la lumière de ce qui se passe autour de l’agriculture biologique, qu’économie et écologie font très bon ménage.

You may also like...