Diplôme de français des relations internationales B2 Vantage

L'art de la diplomatie

Dominique de Villepin nous parle de la personnalité et de la diplomatie des présidents Trump et Macron et, dans une moindre mesure, de celles d'Angela Merkel.
Associez les éléments cités à ces trois personnalités politiques.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-internationales-diplomatie-Villepin-Video

Emmanuel Macron
Diplomatie engagée.
Diplomatie traditionnelle.
Rôle de médiateur.
Désir de faire avancer les choses.

Donald Trump
Diplomatie populiste.
Importance de l'image.
Mise en avant des rapports de force.
Imprévisibilité.
Angela Merkel
Pragmatique.
Timide.
Pessimiste.
nbOk item (s) out of nb placed correctly
Watch out !
Quatre éléments sont à replacer dans la colonne Macron, quatre dans la colonne Trump et un seul dans la colonne Merkel.
Well done !
Dominique de Villepin nous présente des diplomaties aux visages très différents. Il semble séduit par les premiers pas du président Macron. Pour mieux comprendre, faites l'exercice 3 centré sur le vocabulaire.
Dominique de Villepin nous présente des diplomaties aux visages très différents. Il semble séduit par les premiers pas du président Macron. Pour mieux comprendre, faites l'exercice 3 centré sur le vocabulaire.
Conception: Rémy Thomas, Alliance française de Bruxelles-Europe avec le Français des affaires - CCI Paris Île-de-France
Published on 30/10/2017 - Modified on 05/02/2018
Philippe Dessaint, présentateur
Dominique de Villepin, vous venez de nous parler des premiers pas, donc, d’Emmanuel Macron sur la scène internationale. Comment est-ce que vous percevez les 100 jours, pratiquement, du président Trump ? Quel homme est-il ? Est-ce qu’on peut travailler avec lui ? Est-ce qu’il y a un élément de confiance ? Comment le jugez-vous ? Comment feriez-vous son portrait ?
 
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français
Alors, il introduit des paramètres très nouveaux sur la scène internationale, si l’on prend la question diplomatique. C’est la première fois que nous avons le chef de l’État de la première puissance mondiale qui développe une diplomatie populiste. Et cette diplomatie populiste, elle me semble marquée par plusieurs ingrédients. Le premier, c’est l’importance donnée à la forme, donnée à l’image, donnée à la posture. On sent que c’est un élément essentiel. Le deuxième, c’est le jeu des rapports de force. Les rapports de force poussés jusqu’à très loin, jusqu’à l’humiliation, à la fois de l’allié mais aussi de l’adversaire, avec la recherche d’une diabolisation. On le voit face à l’Iran. Il y a un troisième élément qui est intéressant, dans cette diplomatie, c’est le principe d’incertitude. Il met en avant, constamment, la possibilité d’évolutions qui ne sont pas...

Philippe Dessaint, présentateur
Gérées plus tard ?
 
Dominique de Villepin, ancien Premier ministre français
Oui, qui ne sont pas anticipées. Alors on le voit là sur le climat, il prendra sa décision un peu plus tard. On l’a vu sur le Yémen : frappe au Yémen. On l’a vu sur la Syrie : frappe en Syrie alors que personne n’imaginait une frappe possible. Et on l’a vu sur la Corée du Nord. Donc, en permanence, il joue pied et contre-pied et il est susceptible de surprendre. C’est difficile de s’adapter à une telle diplomatie et je crois qu’il faut en tirer les leçons. Et on voit qu’Emmanuel Macron en a déjà tiré les leçons pour la diplomatie française. À la fois une diplomatie engagée, une diplomatie qui se veut réactive face aux initiatives du président Trump. Qui se veut en même temps en mouvement et susceptible de prendre les devants et en même temps une diplomatie traditionnelle soucieuse de l’équilibre. Je suis pour ma part très heureux de voir qu’on revient à une diplomatie plus classique, dans la ligne de la tradition française. On l’avait un peu abandonnée avec Nicolas Sarkozy et François Hollande. C’est-à-dire que c’est une diplomatie qui assume son rôle de médiation. Diplomatie d’équilibre qui cherche à tirer le meilleur entre les positions des uns et les positions des autres. Dans le reportage que vous avez fait et que l’on vient de voir, il est intéressant de voir Angela Merkel très… 
 
Philippe Dessaint 
Pessimiste.
 
Dominique de Villepin
Non, très pragmatique et qui prend les choses telles qu’elles sont et en même temps, le président français, plus volontaire, désireux d'essayer, en quelque sorte, de forcer les choses et d’amener le président américain à ne pas choisir l’irréparable.

You may also like...