Diplôme de français des relations internationales B2 Vantage

La lutte contre le terrorisme en Europe

Dans cet extrait du Maxi Bar de l’Europe, la journaliste Esmeralda Labye rencontre Alain Grignard, islamologue, professeur d'université et commissaire à la division antiterrorisme de Belgique.
Pour découvrir la teneur des échanges entre les deux personnes, lisez les propositions et cliquez sur les thèmes abordés lors de cette discussion.
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
FRI-B2-MaxiBar-Terrorisme-video
{Les origines du terrorisme islamique}
L’inefficacité des super-fichiers
Un traitement politico-médiatique surdimensionné
{La nécessité de créer une bulle de sécurité}
La notion de populisme pénal
{Les conséquences d’un système répressif}
La gestion émotionnelle des attentats
Les conséquences de l’attentat raté du train Thalys
{La lutte de Raymond Aron contre le terrorisme}
nbOk correct item (s) selected
nbKo item (s) wrongly selected
nb item (s) still to be selected
Watch out !
Lisez attentivement les thèmes proposées car les formulations sont plus synthétiques que celles du commentaire.
Pour vous aider, sachez qu'il y a 6 thèmes à sélectionner et que les thèmes sont présentés dans l'ordre.
Well done !
Vous avez retrouvé les thèmes abordés par Esmeralda Labye et Alain Grignard lors de cet entretien.
L'activité suivante va vous permettra de découvrir les informations essentielles données dans l'interview.
Lisez attentivement la solution pour découvrir les thèmes traités dans l'entretien entre Esmeralda Labye et Alain Grignard.
Faites l'activité suivante pour découvrir les informations essentielles données dans le commentaire.
Conception: Murielle Bidault, CAVILAM - Alliance Française avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 24/04/2019
Esmeralda Labye, journaliste à la RTBF
Alors, ok, l’État islamique n’existe plus. Vous l’avez dit, les causes qui ont permis [à] sa création n’ont pas disparu, elles se sont même aggravées. Alors, c’est quoi la solution ? Est-ce qu’il faudrait créer, je sais pas moi, comme une sorte de fichier central européen ou une agence antiterrorisme, un peu sur le principe des agences américaines qui, ceci étant dit, il y a quoi, 80 agences aux États-Unis, elles collaborent pas toutes forcément bien. Est-ce que c’est ça qu’il faudrait ? Une sorte de super-fichier… 
Alain Grignard, islamologue et commissaire division antiterrorisme belge
Je vous dis, moi, je n’ai pas de solution miracle, mais le super-fichier, ça me fait un peu ricaner parce que trop de renseignements tuent le renseignement. Parce que c’est pas les super-fichiers américains qui vous voient partout, même sous votre douche, qui vont empêcher que ce soit le 11 septembre, que ce soit Boston, que ce soit Paris, que ce soit Bruxelles. Or, probablement, dans ces super-fichiers, il y avait des éléments qui auraient pu peut-être servir à quelque chose, mais perdus dans une masse qui est quasiment inexploitable. Donc, il faut trouver, encore une fois, quelque chose de compatible avec une vie normale aussi. Donc, c’est une question de curseur. Donc le politique doit encore une fois… ce sont, ce sont, c’est la population qui doit déterminer ça. Quel est le niveau de sécurité minimal auquel on pense avoir droit ? Et jusqu’où est-on disposé à perdre certaines choses qu’on estime faire partie de nos libertés fondamentales ? Est-on disposé d’en perdre ? 
Esmeralda Labye, journaliste à la RTBF
Parce qu’il y a les libertés individuelles aussi qui rentrent là-dedans ? 
Alain Grignard, islamologue et commissaire division antiterrorisme belge
Oui, mais là il faut… encore une fois… C’est une de mes thèses, mais ça ne me rend pas nécessairement populaire. Le terrorisme c’est… pendant des années, ç’a été sous-dimensionné, puisque j’ai travaillé un peu, je travaille dans le domaine depuis quand même une trentaine d’années, et on nous prenait pour des fous. Et puis maintenant, c’est surdimensionné. Alors les probabilités que vous avez de mourir d’un attentat, elles sont plus faibles, encore une fois, qu’une piqure de guêpe dans un jardin qui tourne mal. Et là, j’exagère un peu à dessein. Il faut pouvoir admettre que dans une configuration géopolitique comme celle qu’on vit maintenant, avec des gens qui s’étripent un peu partout, tant que c’est loin, y’a pas de problème, on saurait[1] pas rester dans une bulle de sécurité. C’est impossible. Donc il faut trouver un moyen terme. 
Esmeralda Labye, journaliste à la RTBF
Alors est-ce que justement, là-dedans, les lois antiterroristes européennes sont efficaces ou inefficaces ? Est-ce que, parfois, on n’a pas l’impression qu’il y a une forme de populisme pénal ? J’aime pas le mot populisme, mais dans le sens où il y a une telle pression, de la population, des politiques, que forcément, il faut aller vers le répressif. 
Alain Grignard, islamologue et commissaire division antiterrorisme belge
Le populisme pénal, c’est un concept criminologique donc ce n’est pas comme une expression qu’on peut lancer au hasard. C’est clair que sous la pression, les décideurs ont tendance à prendre, comment je vais dire, des mauvaises décisions parce que, justement, on est dans l’émotionnel. Et moi, je dis toujours : « C’est pas avec les hormones qu’on réfléchit, c’est avec les neurones. » 
Esmeralda Labye, journaliste à la RTBF
Donc, l’émotionnel n’est pas efficace. 
Alain Grignard, islamologue et commissaire division antiterrorisme belge
L’émotionnel, dans ce genre de phénomène, je pense, n’est pas efficace. Mais ça, c’est précisément ce que cherchent ces gens qui cherchent à attenter à nos sociétés. C’est clair que l’État islamique, Al-Qaïda, et cetera, ils ne sauraient[1] pas nous vaincre militairement. Par contre, au niveau sociétal, ils nous ont déjà beaucoup abimés. Et l’exemple que je prends toujours, qui est stupide, mais qui est quand même relativement parlant, même s’ils ratent l’attentat du Thalys qui a fait rire tout le monde, peut-être parce que la personne n’était pas vraiment très aguerrie ; cet attentat, il est raté, il n’est pas revendiqué, mais en fait, il est quand même réussi puisque plus personne ne prend le train de la même façon. Et quand vous voyez quelqu’un dans le wagon qui a, selon vos critères, un faciès un peu équivoque, surtout s’il est barbu et qu’il a un sac à dos, vous le regardez comme si c’était un terroriste. Or, limite, il y a des gens qui tireraient presque le signal d’alarme. Et ça, c’est le renvoi à l’altérité et c’est souvent le début d’une mécanique qui conduit les gens précisément où on ne veut pas qu’ils aillent. Donc, l’émotionnel, c’est ça. Et le terroriste,  c’est l’ émotionnel, là. Pour moi, je reviens toujours à la définition de Raymond Aron, qui n’est pas une définition juridique bien sûr, mais il disait : « Le terrorisme, c’est une action dont l’impact psychologique est sans commune mesure avec l’action humaine. » Et là, on est en plein dedans, si vous voulez. Et je pense qu’il faut essayer de sortir de cette logique-là. 

 [1] L’utilisation du verbe « savoir » au sens de « pouvoir » est un belgicisme (un usage particulier de la langue propre aux locuteurs francophones de Belgique).

You may also like...