Quèsaco B2 Vantage

La balançoire

Vous aimez la peinture française du XIXe siècle ? Découvrez La Balançoire, du célèbre Auguste Renoir.
Qu'apprend-on sur ce tableau et sur le peintre lui-même ? Regardez et écoutez la vidéo.
Associez la phrase qui correspond le mieux à chacune des images.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
Quesaco-Renoir-Balancoire-Video
Le tableau a été peint dans un contexte politique et social en changement.
À cette époque, la France souhaite voir de la nouveauté et de la légèreté dans l'art.
Le jeune Renoir essaye d'innover avec sa peinture, mais il n'est pas reconnu. C'est une période difficile pour lui.
La toile symbolise l'insouciance : une balançoire, une petite fille, des gens qui plaisantent.
Renoir s'efforce de transmettre l'idée du bonheur à travers La Balançoire.
Bien que ses contemporains l'apprécient, La Balançoire est mal reçue par le public.
Le tableau, devenu un classique de l'art français, est exposé au Musée d'Orsay depuis 1986.
nbOk item (s) out of nb placed correctly
Watch out !
Prenez soin de bien lire les propositions de l'exercice puis écoutez à nouveau la vidéo.
Certaines phrases pourraient être associées à plusieurs images. Écoutez les commentaires faits au moment où elles apparaissent à l'écran.
Well done!
La toile a eu du mal à connaître du succès à l'époque. Pourtant, les techniques employées par Renoir sont révolutionnaires. Découvrez-les dans l'exercice suivant !
La toile a eu du mal à connaître du succès à son époque. Pourtant, les techniques employées par Renoir sont révolutionnaires ! Découvrez-les dans l'exercice suivant.
Conception: Sabrina Fecchio, Alliance française de Bruxelles-Europe
Published on 07/05/2019
Qu'est-ce que c'est... de quoi ils parlent... oh c’est bizarre... qu'est-ce qu'ils font ? Il lui a demandé son numéro ?
Mais non… Imaginez le tableau : on est en 1876. Paris est chamboulé par le baron Haussmann, le téléphone fait son apparition, et la France offre la Statue de la Liberté pour les cent ans de l'indépendance des États-Unis. Bref, on veut du neuf, de la joie et de la légèreté. Auguste Renoir aussi, mais c'est raté. À trente-cinq ans, son style ne plaît pas, il est dans une mauvaise passe. Pourtant, le gaillard sera surnommé plus tard « le peintre du bonheur ».
Regardez bien ! De la lumière qui joue avec le feuillage, une balançoire pour s'amuser, une petite fille qui attend son tour et des personnages qui badinent. Pas de doute, Renoir veut de l'insouciance. Et ça marche. Ça marche tellement que la petite fille qui pose est remplacée par une poupée parce qu'elle ne tient pas en place. Tout respire la joie de vivre, loin des tracas du quotidien, loin de ce petit groupe de gens croqués en quelques coups de pinceau. À Montmartre, Renoir peint en plein air, et on a l'impression d'y être. Ça bouge moins que chez Fragonard, mais, un siècle après, Renoir préfère s'amuser avec la couleur. Et la lumière ! Tout est éclaboussé de lumière. La robe qui était blanche, le costume qui était bleu, même les ombres qui ne sont plus vraiment noires, elles ont tout juste le droit d'être sombres. 
Même si Emile Zola l'adore, le public boude le tableau, qui deviendra pourtant un classique. Le cinéma lui rend hommage soixante ans plus tard dans le film « Partie de campagne » de Jean... Jean... Renoir ! Oui, le fils d'Auguste et le neveu d'Émile, le frère du peintre, que l'on voit ici de dos.
"La balançoire" est achetée par le peintre Gustave Caillebotte pour rendre service à Renoir. En 1894, la toile est léguée à l'État, et c'est en 1986 qu'elle s'installe au musée d'Orsay.
 

You may also like...