Diplôme de français des relations internationales B1 Threshold

Quand la Francophonie s'engage au féminin : Sister Fa

Dans cette interview, Sister Fa raconte en partie sa propre expérience.
Si vous l’invitiez à participer à une table ronde sur les violences faites aux femmes, vous pourriez la présenter au public avec le texte ci-dessous.  Conjuguez les verbes au temps qui convient en vous aidant du document.
Cliquez sur les mots à corriger puis écrivez la bonne réponse Help on how to respond the exercice
FRI-Terriennes-SisterFa-Video
[Nous sommes ravis d’accueillir parmi nous Sister Fa.] 
[Cette jeune artiste d’origine sénégalaise] vit|vivre [actuellement en Allemagne. Elle est avec nous aujourd’hui car elle] a été excisée|exciser [dans son enfance alors qu’elle n’]allait|aller [pas encore à l’école.] 
[Elle vous dira sans doute que ce traumatisme] est|être [toujours présent en elle. Et c'est quand elle] a quitté|quitter [son pays natal qu’elle] a eu|avoir [le courage de réfléchir et de faire des recherches sur l’excision.]

[Aujourd’hui, elle] se sert|se servir [de son statut d’artiste pour partager son expérience. Elle] commence|commencer [toutes ses interventions de la même façon : en demandant aux élèves de quelles violences ils] peuvent|pouvoir [être sujets. Mais laissons-lui la parole pour qu’elle nous explique ça en détail. Merci d’accueillir chaleureusement Sister Fa !]
nbOk item (s) corrected accurately
nbKo1 correct item (s) selected, and inaccurately corrected
nbKo2 item (s) should be neither selected nor corrected
nb item (s) not selected
Watch out !
Prenez le temps de réfléchir à la situation : l’événement est-il passé ou présent, indique-t-il un moment précis ou une habitude, Sister Fa est-elle actrice de cet événement ou le subit-elle ?
Pour vous aider, sachez que vous devez conjuguer :
- 5 verbes au présent,
- 3 verbes au passé composé (dont 1 à la forme passive),
- 1 verbe à l’imparfait.
Well done !
Vous avez parfaitement retracé l’expérience de Sister Fa. Inspirez-vous de ce texte quand vous devez faire la présentation d’un invité lors d’un colloque par exemple, ou quand vous devez raconter votre propre expérience. En supprimant les marques de l’accueil à l’oral, vous pouvez aussi vous inspirer du texte pour rédiger un article.
Notez que le dernier verbe du texte pourrait aussi être conjugué au conditionnel présent.

Que faire pour lutter contre l’excision ? Écoutez le point de vue de Constance Yaï, éducatrice, ex ministre, petite fille d'exciseuse.
(Descendez au milieu de la page pour accéder à la vidéo). 
Cette activité vous permet à la fois de réviser l’utilisation de 3 temps (le présent, le passé composé et l’imparfait) et d’apprendre à présenter un invité, lors d’un colloque par exemple.
Lisez attentivement la correction et réfléchissez à la raison pour laquelle chaque temps est utilisé.
Notez que le dernier verbe du texte pourrait aussi être conjugué au conditionnel présent.

Que faire pour lutter contre l’excision ? Écoutez le point de vue de Constance Yaï, éducatrice, ex ministre, petite fille d'exciseuse.
(Descendez au milieu de la page pour accéder à la vidéo). 
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 26/10/2015 - Modified on 13/09/2019
Sister Fa, artiste
Je m’appelle Fatou Mandiang Diatta, je suis artiste activiste, d’où le nom Sister Fa ; je suis Sénégalaise d’origine et j’habite en Allemagne, à Berlin, où je réside depuis plusieurs années. Je suis plutôt rebelle pour la cause des femmes. Chaque jour, y a un nouveau problème, une cousine qu’on marie par force1. Tout le monde est contre mais on n’y peut rien parce que c’est la décision de l’oncle. Ou bien, voilà, la tante, elle est battue par son mari et ne peut pas divorcer parce que tout simplement c’est pas bon, ça ne se fait pas chez nous. Donc ce sont des choses qui t’amènent à penser, à réfléchir et si tu te sens seule tu commences à écrire là-dessus.
 
[Extrait de hip-hop au 104, Centre culturel de la ville de Paris]
 
J’ai été excisée avant même d’aller à l’école donc j’étais très jeune. Je ne me rappelle pas vraiment de mon âge mais je me rappelle vraiment du trauma qui est toujours dans moi2. On grandit avec, on se pose des questions, et j’avoue que c’est au moment où j’ai quitté le Sénégal pour aller en Europe que j’ai eu plus de courage de pouvoir y réfléchir et faire des recherches pour mieux comprendre ce problème qu’est l’excision. Mon voisin excise ; elle, elle excise ; moi aussi, je dois exciser. Si je n’excise pas, tout le monde dira : « Son enfant n’est pas excisée. » Tu ne peux pas saluer les personnes âgées, tu ne peux pas cuisiner pour que les gens mangent, tu ne peux pas traverser certains endroits, tu ne peux pas participer aux fêtes et aux cérémonies du village, sans oublier que tu vas pas te marier là-bas parce que personne ne voudra de toi. Donc, quelle mère aussi pourra vraiment supporter de laisser son enfant être marginalisée de la sorte dans sa propre communauté ? Chaque année, c’est deux millions de petites filles qui sont victimes, que ce soit de l’excision ou de l’infibulation, qui ont des conséquences à court terme et à long terme. D’où, on peut parler de l’hémorragie aux fistules, jusqu’à la mort.
 
[Extrait de hip-hop au 104, Centre culturel de la ville de Paris]
 
Dans les salles de classe, je commence toujours par une présentation et puis je leur demande : « Savez-vous pourquoi je suis là ? » Ils disent : « Ah tu es là pour lutter contre… » Je dis : « Non, je ne suis pas là pour lutter, je suis là pour sensibiliser, je suis là pour partager, pour apprendre aussi. » Dès qu’ils me citent le droit d’être protégés contre toutes formes de violence, on s’arrête à ce point. Alors, de quelles sortes de violences pouvez-vous être sujets ? Eux-mêmes, ils disent l’excision des fois. C’est une façon tout d’abord de briser le tabou, de leur donner la parole et de les écouter. Dans la région de Saint-Louis, à Podor, j’ai été agressée. C’est le calife même qui a envoyé des hommes qui sont venus dans la classe. C’aurait été des femmes, je m’aurais sentie vraiment mal3. Mais c’était des hommes. Donc les femmes, je suis sûre et certain4, qu’elles seraient vraiment très fières de voir qu’il y a une des leurs qui vient pour parler de leurs droits.



  1. De force.
  2. En moi.
  3. Ça aurait été des femmes, je me serais sentie vraiment mal.
  4. Sûre et certaine
 

Grammaire / Présent, passé composé ou imparfait ?

Quand utilise-t-on le présentle passé composé et l'imparfait ?

En français, on utilise le présent pour décrire quelque chose qui se passe au moment où on parle, ou pour présenter la situation de maintenant, d'aujourd’hui.

Pour parler d'une action, d'un événement précis dans le passé, on utilise le passé composé.
Exemple :
- Samedi dernier, les manifestants ont défilé dans la rue.
- Je suis allé au ski en février.

Mais pour faire une description dans le passé, on utilise l'imparfait.
Exemple :
- Les manifestants étaient très nombreux ; ils étaient des dizaines de milliers.
- Quand j'étais au ski, il faisait très froid.

You may also like...