Promenades interculturelles B1 Threshold

Mon sosie a 2000 ans

Les phrases suivantes sont des messages forts de l'exposition. Écoutez la vidéo et retrouvez-les (ce sont des phrases du reportage).
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
Parachute-Promenades-Sosie-Video
Mon
sosie
a
2000
ans.
Jumeler
25
citoyens
avec
25 œuvres d'art.
Des êtres 
séparés 
par des siècles,
mais réunis 
par leur
ressemblance !
On
fait partie d'une
grande
famille !
Une
rencontre inédite
entre
le monde
antique et
notre ère
numérique.
Some items are in the correct order. These will be carried over to the next step of the exercise.
Watch out !
Pour vous aider :
- Message 1 : regardez l'image à 01'28
- Message 2 : écoutez 01'36
- Message 3 : écoutez 02'16
- Message 4 : écoutez 02'27
- Message 5 :  écoutez 02'34
Faites attention aux majuscules, à la ponctuation et à la syntaxe.
Well done !
C'est tout à fait ça !  
On dit qu'on a tous un sosie dans le monde... Mais quand ce sosie a vécu dans l’Antiquité, qu’il existe une sculpture qui le représente, l’expérience est vraiment surprenante, vous ne trouvez pas ? 
→ Passez au dernier exercice : focus sur le vocabulaire lié à l'art !
Il fallait retrouver des phrases précises du reportage, qui présentent l'exposition. Lisez les solutions.
On dit qu'on a tous un sosie dans le monde... Mais quand ce sosie a vécu dans l’Antiquité, qu’il existe une sculpture qui le représente, l’expérience est vraiment surprenante, vous ne trouvez pas ? 
→ Passez au dernier exercice : focus sur le vocabulaire lié à l'art !
Conception: Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE
Published on 01/04/2020 - Modified on 13/08/2020
Voix off 
Milo, 11 ans, découvre sa photo et celle de son sosie, Phasaël, un jeune Syrien qui vivait à Palmyre, il y a 2000 ans.
Milo
Quand j’ai vu que je ressemblais à ce Syrien, je me suis ému, parce que je (ne) pensais vraiment pas que ça pouvait arriver*.
Voix off
Et voilà ce peintre de Québec qui réalise sa ressemblance frappante avec Démosthène, célèbre tribun d’Athènes. Cette exposition présente les portraits de 25 personnes venues de partout dans le monde, qui sont les sosies de masques ou sculptures, représentant des personnages ayant vécu dans l’Antiquité. Ces hommes et ces femmes d’aujourd’hui ont rencontré leur sosie antique, lors de l’inauguration.
Un homme
C’était vraiment fun. J’étais vraiment surpris que… il y a une grosse ressemblance comme ça.
Un autre homme
C’est peut-être moins la ressemblance physique qui transparait, qu’une forme d’émotion.
Une femme
C’est très étrange. C’est… déjà de se voir en aussi grand, on se rend compte au final que nos traits sont communs à plein de gens. Et puis, et ben, c’était une belle surprise.
Voix off
Le projet a commencé en 2016. Un appel au public a été fait pour alimenter en egoportraits, une plateforme numérique de jumelage. Plus de 108 000 personnes ont répondu à l’appel sur les cinq continents. En parallèle, le musée d’art et d’histoire de Genève, et la fondation Gandur pour l’Art de Genève, ont prêté une cinquantaine d’œuvres d’art antiques. Et c’est grâce à un système de reconnaissance faciale qu’il a été possible de jumeler 25 citoyens avec 25 œuvres d’art.
Voix off
C’est le photographe québécois François Brunelle qui a réalisé les portraits des sosies. Ils ont été coiffés et maquillés pour ressembler à leur sosie antique.
François Brunelle
Je devais les amener à jouer un rôle, à devenir comme des comédiens, et pour ressembler, pour imiter, pour entrer dans la peau d’un personnage qui est loin, et tout ce qu’on a pour s’inspirer de ce personnage, c’est un portrait.
Voix off
François Brunelle, fasciné depuis toujours par les sosies, a adoré faire ce projet, qui trace des parallèles entre des êtres séparés par des siècles, mais réunis par leur ressemblance.

François Brunelle
Il n’y a pas de différences - alors les grecs, les égyptiens, les romains - mais ils étaient comme nous dans le fond, alors on fait partie d’une grande famille.
Voix off
Voilà une exposition audacieuse, une rencontre inédite entre le monde antique et notre ère numérique, l’occasion de regarder autrement des œuvres d’art et de réfléchir à notre relation à l’image en cette air d’egoportrait.
* Forme correcte : « je me suis senti ému, parce que je ne pensais vraiment pas que ça pouvait arriver. »

You may also like...