Diplôme de français des relations internationales B1 Threshold

Le Québec face aux enjeux de la francophonie

Dans cette interview, une grande place est donnée à la demande d’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie. Écoutez la discussion et dites si les phrases suivantes sont vraies ou fausses.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-Invite-PhilippeCouillard-Quebec-video
La réponse de la Francophonie à la demande de l’Arabie saoudite a été reportée
Une mission a été mise en place pour aider l’Arabie saoudite à entrer dans la Francophonie.
Certains principes de société, importants pour la francophonie, ne sont pas respectés en Arabie saoudite.
La situation du blogueur Raif Badawi reste un point à éclaircir dans le dossier saoudien.
Le dossier d’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie était complet.
La Francophonie a définitivement fermé la porte à l’Arabie saoudite.
La Francophonie et l’Arabie saoudite partagent les mêmes valeurs et sont prêtes à travailler ensemble.
Pour Philippe Couillard, toutes les sociétés en sont au même point sur la question des valeurs.
nbOk item (s) out of nb placed correctly
Watch out !
Cette activité ne porte que sur la question du dossier de l'Arabie saoudite.
Pour vous aider, les phrases sont plus simples que dans l'interview mais mots clés sont les mêmes. 
Well done !
Vous avez parfaitement compris pourquoi le dossier d’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie n’a pas pu aboutir.

Correction des phrases fausses : 
- Le dossier d’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie n'était pas complet / était incomplet.
- La Francophonie n'a pas définitivement fermé la porte à l’Arabie saoudite.
- La Francophonie et l’Arabie saoudite ne partagent pas les mêmes valeurs et ne sont pas prêts à travailler ensemble.
- Pour Patrick Couillard, toutes les sociétés ne sont pas au même point sur la question des valeurs et doivent progresser.

La prochaine activité va vous aider à découvrir quel est l’impact de l’adhésion de l’Ontario et de la situation de Raif Badawi sur l’évolution de la Francophonie.
Cette activité vous permet de faire le point sur le problème de l’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie.

Correction des phrases fausses : 
- Le dossier d’adhésion de l’Arabie saoudite à la Francophonie n'était pas complet / était incomplet.
- La Francophonie n'a pas définitivement fermé la porte à l’Arabie saoudite.
- La Francophonie et l’Arabie saoudite ne partagent pas les mêmes valeurs et ne sont pas prêts à travailler ensemble.
- Pour Patrick Couillard, toutes les sociétés ne sont pas au même point sur la question des valeurs et doivent progresser.

La prochaine activité va vous aider à découvrir quel est l’impact de l’adhésion de l’Ontario et de la situation de Raif Badawi sur l’évolution de la Francophonie.
Conception: Murielle Bidault, CAVILAM - Alliance française avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 31/12/2017 - Modified on 10/12/2018
Patrick Simoninjournaliste 

Alors, il y a eu l’élargissement aussi de cette Francophonie avec l’arrivée de l’Ontario. C’est une bonne nouvelle aussi pour le Québec ?

Philippe CouillardPremier ministre du Québec

Oui… l’Ontario est très, très actif pour non seulement la défense, mais la promotion de ce français en Ontario. Il y a 600 000 francophones, mais il y a beaucoup, il y a des millions de francophiles en Ontario. Et le gouvernement de l’Ontario, Madame Wynne et son gouvernement sont très, très positifs et positivement engagés avec le français. Alors je crois que c’est une bonne nouvelle, très bonne nouvelle.

Patrick Simoninjournaliste 

Oui, alors, par contre, l’Arabie saoudite, ça a été un des sujets de controverse un peu de ce sommet. C’est reporté. En tous les cas, le dossier est incomplet, c’est pas pour tout de suite.

Philippe CouillardPremier ministre du Québec

On avait mis un processus en place, un processus de l’institution qui valide : faire une commission ministérielle, qui a fait la recommandation compte tenu des enjeux de valeurs, assez fondamentales, mais également du dossier qui n’était pas complet, de sursoir à la décision pour envoyer une mission de façon à éclaircir certains points. Vous savez, on l’a dit dans nos interventions, la question des valeurs,  c’est pas anodin. Il y a des principes de société. Oui, toutes les sociétés ne sont pas au même point, et il faut accompagner les sociétés alors qu’elles progressent vers des niveaux plus élevés d’engagement, envers ces valeurs-là…

Patrick Simoninjournaliste 

C’est-à-dire, on ferme pas la porte définitivement à l’Arabie saoudite si un jour ces valeurs sont respectées, ce qui pour l’instant n’est pas le cas du tout.

Philippe CouillardPremier ministre du Québec

Oui, on indique qu’il faut un seuil minimal pour commencer le travail ensemble. Et cette mission sera une façon, j’espère, de nouer des liens et puis voir comment on peut aller plus loin. Mais jamais en faisant des compromis sur ça et pour nous, comme je l’ai dit à plusieurs reprises, au Québec, cette question elle a un visage et un nom qui est celui de Raif Badawi, c’est ce blogueur saoudien…

Patrick Simoninjournaliste 

Alors c’est un blogueur qui a été arrêté pour offense à l’islam et qui a été condamné à 1000 coups de fouet et emprisonné.

Philippe CouillardPremier ministre du Québec

C’était des propos critiques envers le gouvernement. Alors emprisonné pour 10 ans avec des coups de fouet qui est une pénalité cruelle même, je pense qu’on peut le dire. Il a eu une fois l’application du châtiment physique, mais il est toujours emprisonné. Chez nous au Québec, pourquoi c’est si important ? Parce que son épouse, sa femme et ses trois enfants sont au Québec. Ils sont venus par le Liban. On les a accueillis chez nous et ce qu’on dit aux Saoudiens « Écoutez ! Montrez au moins que vous avez une préoccupation et que vous êtes capables de poser un geste ». Alors on a demandé, on demande encore sa libération de façon à ce qu’ils soient réunis.

Patrick Simoninjournaliste 

Et alors, qu’est-ce qu’on vous répond, monsieur le Premier ministre ? Qu’est-ce que répondent les autorités saoudiennes ?

Philippe CouillardPremier ministre du Québec

Eh bien, sur cette question, c’est la réponse classique des diplomates. C’est que c’est un enjeu intérieur sur lequel on devrait pas faire d’intervention. Mais on le fera parce que c’est quelqu’un d’abord qui est chez nous, son épouse, et c’est une question à laquelle les Québécois, comme les Français et ailleurs, sont très sensibles, cette question des libertés fondamentales, des libertés d’expression. Tout en reconnaissant encore une fois que les sociétés ne sont pas toutes semblables, il faut qu’on s’en tienne à un seuil minimal et une démarche de progression.

You may also like...