Courts métrages B1 Threshold

Avant que de tout perdre

Dans le court métrage, le réalisateur installe une atmosphère très particulière grâce à des choix de mise en scène et de cadrage.
Associez chaque procédé décrit à l'effet recherché.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
CourtMetrage-AvantQueDeToutPerdre-extraits1et2-Video
La caméra qui suit la famille, en temps réel, du parking jusque dans les bureaux… accentue l’impression de fuite ou de poursuite.
L’absence de musique d’ambiancefait ressortir le bruit saccadé des talons de Miriam sur le sol.
Le moment d'émotion entre Miriam et Gaëlle interrompu par la sonnerie du téléphone… marque un brusque retour à la réalité.
Le gros plan sur le visage d'Antoine, en légère contre-plongéedonne au personnage un air inquiétant.
Le regard de Sophie vers le hors champ tandis qu'elle parle à Antoine… renforce la tension et l’angoisse exprimée par la comédienne.
nbOk item (s) out of nb placed correctly
Watch out !
Pour mieux comprendre les termes en italique, reportez-vous au lexique de la vidéo en cliquant ici.
Well done !
La violence n’est pas montrée dans les images mais se devine à travers les regards angoissés qu’échangent les personnages pris dans une course contre la montre.
Tout est mis en œuvre pour renforcer la tension et maintenir le spectateur en état d’alerte.
Et vous, qu’avez-vous ressenti ?
La violence n’est pas montrée dans les images mais se devine à travers les regards angoissés qu’échangent les personnages pris dans une course contre la montre.
Tout est mis en œuvre pour renforcer la tension et maintenir le spectateur en état d’alerte.
Et vous, qu’avez-vous ressenti ?
Conception: Frédérique Treffandier, CAVILAM - Alliance française
Published on 07/01/2015 - Modified on 26/04/2019
Extrait 1
Bruits précipité des talons sur le sol.
Une collègue : Salut Myriam.
Miriam : Salut.
Bruits de pas dans les escaliers.
Miriam : Didier ! Je peux te laisser les enfants s’il te plaît ?
Didier : Qu’est-ce qui se passe ?
Miriam : J’en ai pas pour longtemps.
Didier : Oui, bien sûr. Un temps. Pourquoi tu es speed comme ça ?
Gaëlle : caisse 1 à 11h40, caisse 2 à 12h00, caisse 3 à 11h50, caisse 4 à 12h00, etc…
Rofia : Alors ma belle, panne de réveil ?
Miriam : J’ai encore eu des soucis avec ma voiture. Faut juste que je vois Gaëlle. (À Gaëlle) Je peux te voir deux minutes ?
Gaëlle (au téléphone) : Bon, euh attend, excuse-moi, là je dois m’absenter. Je te passe Rofia.
Rofia : Y’a un nul à la caisse de Fatou.
Gaëlle : Vois ça avec Robocop.
Rofia : Elle est pas encore arrivée.
Gaëlle (à Miriam) : Tu m’attends là ?
Miriam : Euh… aux vestiaires
Gaëlle : D’accord.
Dans les vestiaires.
Gaëlle : Qu’est-ce qu’il y a ?
Miriam : Faut que je vois Savelli là, c’est urgent.
Gaëlle : Mais qu’est-ce qui se passe ?
Miriam : Je suis venue avec les enfants. Je sais plus quoi faire. Je dois partir vite.
Elle se met à pleurer. Sonnerie de téléphone.
Miriam : Mais ça va se tasser, hein, c’est rien.
Gaëlle (au téléphone) : Gaëlle j’écoute. Tu vois ça avec Rofia. Je dois m’absenter.


Extrait 2
Gaëlle : Miriam, viens voir. Tiens, c’est Sophie. Elle a vu ton mari dans le magasin.
Didier (tendant le téléphone à Miriam) : C’est Sophie.
Miriam : Oui Sophie…
Sophie : Oui, il regarde les filles en caisse, Miriam. Il te cherche.
Miriam : Quoi ?
Sophie : Il te cherche. Il va voir que tu es pas là.
Miriam : Calme-toi !
Sophie : Il va voir que tu n’es pas là, il faut que tu restes là-haut !
Miriam : Je sais. T’inquiète pas
Sophie : Ok, d’accord. Heu, il me regarde là.
Miriam : Qu’est-ce qu’il fait ?
Sophie : Ben il me regarde, il m’a vu quoi, il arrive. Il vient vers moi.
Miriam : Le regarde pas.
Sophie : Non, non, j’ai baissé les yeux.
Miriam : Ok, écoute-moi bien Sophie. Tu lui dis que je suis en réunion du personnel…
Sophie : Oui.
Miriam : S’il insiste, s’il insiste pour me parler tu fais mine de m’appeler en salle de réunion mais tu m’appelles chez Didier.
Sophie : Oui.
Miriam : Le bureau de Didier, d’accord ?
Sophie : Oui. Oui, madame mais il faudra venir avec le ticket de caisse.
Miriam : Il est là ? Un temps. Tout va bien se passer Sophie. Il sait pas que tu es au téléphone avec moi. Ça va aller.
Sophie (d’une voix faussement enjouée) : Mais c’est moi. Au revoir Madame. Bonjour Antoine !
Antoine : Ça va ? J’vois pas Miriam. Elle est où ?
Sophie : Heu, elle est en réunion du personnel.
Antoine : Ça dure longtemps ça ?
Sophie : Oui ça dure hyper longtemps.
Antoine : Ah putain !
Sophie : Tu veux que je lui transmette un message ?
Antoine : Non, faut que je la voie absolument.
Sophie : Y’en a vraiment pour un bout de temps je crois.
Antoine : Tu veux pas l’appeler ?
Sophie : Ben, elle est en réunion, Antoine.
Antoine : (Il soupire.) Tu veux pas essayer de l’appeler s’il te plait ? C’est important. J’en ai pour deux minutes, c’est tout, deux minutes.
Répondeur de Sylvia : message d’absence.
Miriam : Oh non, pas ça ! Sylvia, c’est moi. Il est là.  Je sais pas ce qu’il veut. Alors pour l’instant vous restez à la station pour le moment. S’il vous tombe dessus ou s’il voit ta voiture sur le parking,  il va tout comprendre. Hein, vous restez là-bas pour l’instant. Je te rappelle.
 
 

You may also like...