Cosmopolite A2 Waystage

Nous vivons ensemble

Une ville est dirigée par un maire et l'équipe du conseil municipal. Dans certaines villes, il existe aussi des conseils de quartier. Regardez et écoutez la vidéo. Deux personnes parlent des conseils de quartier. Complétez les phrases pour présenter ces personnes et le quartier.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

Cosmopolite2-D5-ConseilDeQuartier-vivonsEnsemble-video

Salim Mouari est...

marié et il a des enfants.
marié et il n’a pas d’enfant.
célibataire.
Il habite le quartier Montcalm
depuis 12 ans.
depuis 1 semaine.
Il fait partie...
du conseil de quartier.
du conseil municipal.

Sylvain Légaré est...

conseiller municipal.
conseiller de quartier.

Dans ce quartier on voit...
(2 réponses)

des feux de circulations.
des limitations de vitesse.
des autoroutes.
des pistes cyclables.

Ce quartier est situé...

à Québec.
à Genève.
à Bruxelles.
nbOk item (s) out of nb selected correctly
Watch out !
Les phrases suivent l'ordre de la vidéo.
Écoutez la première partie « collaboration » puis regardez bien les images.
Well done !
Vous avez bien retrouvé les informations sur Salim Mouari, Sylvain Légaré et le quartier de Montcalm.
Un quartier est une partie d'une ville.
Pour comprendre à quoi sert le conseil de quartier faites l'exercice suivant.
Lisez les informations  pour connaître Salim Mouari, Sylvain Légaré et le quartier de Montcalm.
Un quartier est une partie d'une ville.
Pour comprendre à quoi sert le conseil de quartier faites l'exercice suivant.
Conception: Paulette Trombetta, formatrice labellisée TV5MONDE
Published on 07/04/2020

Collaboration
Salim Mouari, conseil de quartier de Montcalm
Je m’appelle Salim Mouari. Je suis marié et père de trois enfants. J’habite le quartier Montcalm depuis 12 ans.
On a le pouvoir en tant que citoyen de modifier les choses, mais aussi de participer et d’influencer.
Sylvain Légaré , conseiller municipal
Sylvain Légaré, conseiller municipal. Pour moi, le conseil de quartier ça simplifie le travail d’un conseiller municipal. Lorsqu’on lance une politique, lorsqu’on fait un changement zonaire, lorsqu’on fait l’aménagement d’un parc, il n’y a rien de mieux que d’aller dans le conseil de quartier, d’aller voir ce que la population en pense.
Partager son vécu de citoyen, par exemple
Salim Mouari, conseil de quartier de Montcalm
Pouvoir rajouter des feux de circulation piétons à une intersection qu’on pense être dangereuse, ajouter simplement des signalisations pour traverser les rues de façon sécuritaire, c’est quelque chose qui n’est pas extraordinaire mais c’est très concret et ça aide les gens, les habitants du quartier au jour le jour.
Trouver un écho
Sylvain Légaré , conseiller municipal
Les problèmes, je dirais, majeurs de mon quartier, de vitesse, de développement de parcs de sécurité, les problèmes qu’on a envoyés aux policiers, les problèmes qu’on a envoyés aux fonctionnaires, qui ont été réglés, ça part du conseil de quartier. C’est eux qui ont initié cette démarche-là.
Des yeux pour la ville
Salim Mouari, conseil de quartier de Montcalm
Le conseil de quartier par sa composition, par sa diversité va mettre en lumière plusieurs champs d’activités, plusieurs champs d’action qu’un élu ne peut pas voir parce que c’est trop de choses pour un être humain tout simplement.
Aide à la décision
Sylvain Légaré , conseiller municipal
Les recommandations qui sortent du conseil de quartier ne sont pas prises à la légère parce qu’on est sûr d’avoir des bonnes recommandations évidemment sont connectées sur l’histoire. Ils m’aident à la prise de décisions. Pour moi, c’est majeur.
La clé
Salim Mouari, conseil de quartier de Montcalm
Le travail qui se fait au conseil de quartier doit se faire en collaboration avec les élus. Il faut prendre conscience que le conseil de quartier n’est pas un organe politique, nous ne devons pas nous substituer aux élus, mais plutôt de relayer des préoccupations, les préoccupations quotidiennes des habitants du quartier.
S’engager pour son milieu
Salim Mouari, conseil de quartier de Montcalm
À la base ça demande d’être présent une fois par mois, lors des rencontres qui durent approximativement deux heures et demie, trois heures. Par la suite il ne faut pas oublier que nous sommes des bénévoles donc on s’investit selon nos intérêts et selon nos disponibilités.

You may also like...