Diplôme de français des relations internationales B2 Fortgeschritten

Vers une restitution des œuvres d'art africaines ?

Dans cet extrait, deux invités s’expriment sur le même sujet avec des différences et des ressemblances dans leurs modes d'expression.
Regardez et écoutez attentivement la vidéo et dites si les éléments proposés correspondent à Felwine Sarr et/ou à Bénédicte Savoy.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
FRI-B2-Internationales-FelwineSarr-video
…a un visage expressif.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…a un discours plutôt posé.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
...a un discours très structuré, très articulé.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…semble marteler son discours en répétant des structures.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…appuie son discours par le geste.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…axe son discours sur le passé.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…ouvre son discours sur les perspectives pour le futur.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…est un peu dans l’émotion, en s’impliquant personnellement.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
…se montre très à l’écoute du discours de son binôme.
Felwine Sarr
Bénédicte Savoy
nbOk Bestandteil(e) von nb richtig ausgewählt
Vorsicht!
Dans une interview ou une présentation, le non verbal (posture, mouvements des mains, du visage) et la structuration du discours sont très importants. Restez concentré(e) sur cet aspect quand vous regardez l’extrait.
Bravo!
Vous avez parfaitement décrypté le discours (dans le fond et dans la forme) de Felwine Sarr et de Bénédicte Savoy. Vous le constatez : même si vous êtes posé(e) dans votre discours, vous pouvez lui donner de l'expression, de la force, par vos gestes et la structuration de vos phrases : en étant vous-même, vous impliquerez davantage votre public !
 
N’hésitez pas à regarder l’émission en entier.
Vous pouvez aussi écouter cette émission de « L’art est la matière », sur « La question épineuse de la restitution du patrimoine africain français ».
Cette activité vous permet de voir qu’il n’y a pas que les mots qui sont importants dans une interview ou dans une présentation.
 
Lisez la solution, puis regardez l’émission en entier. 
Vous pouvez aussi écouter cette émission de « L’art est la matière », sur « La question épineuse de la restitution du patrimoine africain français ».
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 27/03/2019 - Modified on 03/06/2019
Sophie Malibeaux, RFI
Il y a des résistances.
Bénédicte Savoy, historienne de l'art et professeure au Collège de France
Absolument.
Sophie Malibeaux, RFI
Et parmi les résistances, aussi dans d’autres pays d’Europe, il y a cet argument de la boîte de Pandore. Alors, on rend les œuvres d’art aux Africains, et ensuite la frise du Parthénon aux Grecs. Les Britanniques, c’est une histoire, et cætera. Alors, parlez-nous de la façon dont vous répondez à cet argument de la boîte de Pandore.
Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
C’est un argument qui pour moi n’est pas recevable, car je me base du point de vue de l’Africain qui a, qui fait l’expérience, parce que la perte, elle s’est constituée quand je n’étais pas un sujet – je suis devenu sujet en 1972 donc la perte, elle est antérieure à ma vie. Mais je suis porteur d’une histoire, d’une mémoire qui va au-delà de ma propre existence. Donc j’appartiens à un continent dont l’héritage culturel est troué, avec des zones de silence, avec des zones… Et du coup, le fait de rééquilibrer cela, de rendre justice à cela, que d’autres aient ce souhait-là me semble absolument normal. Je pense qu’il faut qu’on soit dans une ère où, si on veut reconstruire des relations fécondes avec les uns et les autres, qu’on soigne, qu’on règle, qu’on soigne les relations en rééquilibrant les choses. Donc pour moi, ce n’est pas un grand problème. Et tout à l’heure, je voulais juste rebondir sur votre question sur qui prend le leadership. Là aussi, je me suis fait la réflexion qui est la suivante : ce n’est fondamentalement pas une question de qui prend le leadership, c’est une question de qui va dans le sens de l’histoire. Et là aussi, c’est une question européo-centrée. « Nous sommes les premiers à avoir fait… » Non ! Vous deviez le faire, et c’était important de le faire. Et peu importe… Et dans ce geste-là, il faut aussi que le geste soit équilibré très symboliquement. Ce n’est pas un geste d’une grande magnanimité et d’une bonté. Il ne faut pas qu’on s’attribue tous les mérites. Il faut que l’on entre dans la dialectique. Les pays ont réclamé depuis les années 1960, ces réclamations n’ont pas été entendues, nous avons accepté de les entendre. Nous sommes dans une histoire que nous construisons à deux. Donc même dans cet espace de restitution-là, il faut qu’on fasse gaffe à ce que la redistribution symbolique soit celle qui soit la meilleure. Ce n’est pas juste un geste du prince devant… Donc le prince est actif et les autres sont passifs. Donc ça aussi, ce sont les pièges symboliques du geste, et il faut qu’on sorte et qu’on évite les pièges symboliques du geste.
Françoise Joly, TV5MONDE
Et d’où l’annonce d’ailleurs de cette conférence…
Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
…multipartite…
Françoise Joly, TV5MONDE
…multipartite, au premier trimestre en France. Vous avez parlé de ça avec le Président Macron ? Vous lui avez dit c’est important de…
Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
C’est lui qui l’a décidé en fait.
Françoise Joly, TV5MONDE
C’est lui qui l’a décidé ?
Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
C’est ce qu’il a décidé dans la réunion.
Bénédicte Savoy, historienne de l'art et professeure au Collège de France
C’était son projet. Et il a un autre projet qui a l’air de lui tenir beaucoup à cœur dans cette réunion. Il a dit que quand les restitutions seront faites, quand les choses se seront faites et bien faites, et de manière ordonnée, et sans agiter des épouvantails, lui, son vrai désir, c’est qu’ensuite la France prête des Picasso…
Felwine Sarr, écrivain et professeur agrégé d’économie à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis
Des Rembrandt…
Bénédicte Savoy, historienne de l'art et professeure au Collège de France
Et des Rembrandt, et d’autres tableaux de la culture européenne à l’Afrique. Et c’est ça la logique. C’est exactement ce que Felwine Sarr décrivait à l’instant, c’est une recomposition de tout le cadre, de tout le système de valeurs dans lequel nous évoluons. Et ça va changer ; et c’est heureux.

Ihnen könnte auch gefallen...