Diplôme de français des relations internationales B1 Mittelmaß

Quel est l'héritage de la traite négrière et de l'esclavage aujourd'hui ?

La France, au même titre que d’autres pays, a pratiqué la traite négrière et l’esclavage durant son histoire. Plus de 150 ans après l’abolition, pourquoi l’esclavage est-il encore au centre des débats ?
Écoutez cet extrait de l’émission « Africanités » et choisissez les bonnes réponses.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice

FRI-Africanites-150522-TraiteNegriere-Video
Le débat s’articule autour de la question...
des réparations pour l’esclavage.
du rôle positif de la colonisation.
du travail de mémoire et de transmission.
Cet extrait du débat montre...
qu'il n'y a pas qu'une seule réponse à cette question.
que deux courants très différents s'opposent vivement sur cette question.
que cette question n'a pas beaucoup de sens.
Les interventions concernent...
les départements français d’outre-mer.
les anciennes colonies d’Afrique.
les anciens comptoirs en Inde.
Cette personne est invitée en tant que...
chanteuse-comédienne et militante de la cause noire.
photographe spécialisée dans les clichés historiques.
historienne spécialisée dans la traite négrière.
Cette personne est invitée en tant que...
psychologue clinique et membre du CM98.
journaliste auteur d’un reportage sur les traces de l’esclavage.
politologue et présidente du Comité pour la mémoire de l'esclavage.
Les deux invitées ont un discours plutôt...
à la fois réfléchi et passionné.
« langue de bois ».
sévère, inflexible.
nbOk Bestandteil(e) von nb richtig ausgewählt
Vorsicht!
Relisez attentivement les propositions. Si vous ne comprenez pas un mot, double-cliquez dessus pour ouvrir le dictionnaire en ligne. Faites des pauses lors de l’écoute pour répondre plus facilement.

La « langue de bois » est ce discours parlé ou écrit convenu, figé qui délivre un message coupé de la réalité et qui n'apporte pas d'information nouvelle.
On utilise aussi l'expression « parler pour ne rien dire ».

Bravo!
Vous avez parfaitement identifié le sujet principal de cet extrait ainsi que la fonction des deux intervenantes.
Faites l’activité suivante pour bien comprendre les mots clés du débat.

Connaissiez-vous l'expression « langue de bois » ? C'est ce discours parlé ou écrit convenu, figé qui délivre un message coupé de la réalité et qui n'apporte pas d'information nouvelle.
On utilise aussi l'expression « parler pour ne rien dire ».

Cette activité vous permet d’identifier le thème central de l’extrait et de comprendre pourquoi Joby Valente et Viviane Rolle-Romana ont été invitées.
Lisez la correction puis faites l’activité suivante pour mieux comprendre les mots clés du débat.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 12/11/2015 - Modified on 26/01/2018
Amobé Bévégué, présentateur
Alors plusieurs tonalités on voit bien, y a pas unanimité autour de cette question des réparations, Joby Valente.
 
Joby Valente, auteur, compositeur, interprète et comédienne
Oui, mais c’est normal qu’il n’y ait pas unanimité. Ma position est qu’effectivement les réparations s’imposent. Les réparations s’imposent. Il faut qu’on se mette ensemble, il faut qu’on trouve comment poser la question et comment la présenter, mais c’est une chose indispensable. Il y a crime, on a reconnu qu’il y a crime. S’il y a crime, il y a criminel. S’il y a criminel, il faut réparation. D’ailleurs, d’autres pays ont commencé. Les États-Unis : y a des banques par exemple qui ont commencé, qui aident, des banques qui reconnaissent avoir profité de toute cette manne financière et qui aident certains jeunes à faire des études, ils ont des bourses, nous sommes d’accord ? Donc, il faut voir ça aussi, c’est-à-dire il faut les réparations morales parce qu’il y a eu un travail… Si d’ailleurs il y a tant de difficultés, c’est parce qu’il y a eu un travail de sape qui a été fait dans la programmation de… Il ne faut pas oublier qu’on a été déshumanisés. Donc il y a tout ce travail de reconstruction à faire, il y a…, il faut des réparations parce que sur le plan juridique, nous sommes encore, les gens des départements d’outre-mer, sous la loi de l’indigénat1 en quelque sorte, c’est-à-dire qu’on ne peut pas attaquer des gens pour racisme, peut-être pour racisme, mais pas pour apologie de crime contre l’humanité, parce que la fameuse loi, elle est simplement… elle est normative, mais elle est déclarative. Et troisièmement, il faut des réparations financières parce que vous avez des gens qui continuent d’écraser la population avec leurs fortunes, acquises sur le dos de nos ancêtres qui ont travaillé – comme j’ai entendu dire – et qui se sont déplacés pour travailler.
 
Christian Éboulé, journaliste
Joby, on l’a compris, vous êtes pour les réparations. Viviane, vous dites que le problème est mal posé. Comment faudrait-il le poser ?
 
Viviane Rolle-Romana, docteure en psychologie clinique
Alors, je pense que… Quel est l’objectif visé quand on demande des réparations ? Alors, je crois que tous les militants de la cause pour les réparations – j’ai envie de dire quand même d’abord, je salue leur combat puisque c’est un combat de justice et qu’il y a effectivement une justice à réparer –, mais aujourd’hui, cette justice, est-ce qu’elle est demandée par ceux qui seraient concernés par les réparations ? Moi, me semble-t-il – je parle encore une fois, je reste dans les départements français d’outre-mer – il me semble que la question des réparations, en tout cas ce qui est demandé, n’est pas une question de justice. Il me semble que ce qui est à l’ordre du jour dans le travail que nous avons mené au sein du CM982 déjà depuis plus de vingt ans, j’entends plusieurs choses : j’entends demande de reconnaissance, demande de visibilité, demande d’acceptation, un non-rejet, mais tout ça au sein de la République française.

1  Le régime de l'indigénat est une législation d'exception et un ensemble de pratiques utilisées dans les territoires du Second Empire colonial français depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'après la Seconde Guerre mondiale.
2  Le « Comité Marche du 23 Mai 1998 » est une association nationale qui prend en charge les problématiques identitaires et mémorielles des Antillais, des Guyanais et des Réunionnais dans le but d’améliorer leur insertion au sein de la République.
 
 

Ihnen könnte auch gefallen...