Terriennes B1 Mittelmaß

Nayé Anna Bathily - Le financement du développement

Terriennes présente Nayé Anna Bathily, femme sénégalaise dans le monde des finances.
Écoutez l’interview et identifiez les sujets de conversation abordés. 
Cliquez sur la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
Terriennes-NayeAnnaBathily-video
Son lieu de naissance
{Sa situation familiale}
Ses missions au travail
Son parcours professionnel
{Son engagement humanitaire}
Ses traits de personnalité
Ses héroïnes
{Ses regrets}
Sa philosophie de vie
nbOk Bestandteil(e) richtig ausgewählt
nbKo ausgewählte(r) Bestandteil(e) zuviel
nb Bestandteil(e) ist/sind noch auszuwählen
Vorsicht!
Les propositions sont dans l’ordre d’écoute. Il y a 6 sujets à identifier.
Bravo!
Vous avez retrouvé tous les sujets abordés par Nayé Anna Bathily dans l'interview.
Faites l’activité suivante pour vous intéresser plus précisément à son métier.
Cette activité vous permet de retrouver les thèmes abordés par Nayé Anna Bathily dans l’interview. 
Lisez la solution et faites l’activité suivante pour vous intéresser plus précisément à son métier.
Conception: Alizée Giorgetta, CAVILAM – Alliance Française
Published on 04/02/2021
Nayé Anna Bathily, responsable de l’Engagement Parlementaire Global, Banque mondiale
Je m’appelle Nayé Anna Bathily. Je suis Sénégalaise, née en Grande-Bretagne, j’ai grandi toute mon enfance et jusqu’au bac au Sénégal. Je travaille pour la Banque mondiale, je dirige l’Unité parlementaire. Je suis donc global head of parlementary engagement au sein de la Banque mondiale. Je suis basée à Paris et je voyage un peu partout dans le monde.
[Quelle est votre mission ?]
Ma mission, au quotidien, c’est d’engager les parlements dans tous les pays du monde. Et donc je travaille avec nos bureaux pays dans plus d’une centaine de pays et l’intérêt est vraiment de renforcer la capacité des institutions, des parlements… Mais aussi, il faut comprendre que les parlements jouent un rôle très important, aussi bien dans les pays donateurs, parce qu’ils sont pourvoyeurs de l’aide au développement, donc ce sont des parlementaires qui signent les chèques pour les financements au développement ; mais aussi dans les pays récipiendaires des financements de développement. Les parlementaires ratifient beaucoup de nos prêts de la Banque mondiale, mais aussi, les parlementaires sont les plus proches des populations que nous avons l’intention d’aider, d’accompagner.
[Quel est votre parcours ?]
J’ai fait toutes mes études aux États-Unis. J’ai d’abord fait des études de finances et de relations internationales. Et après avoir travaillé pour la Banque mondiale pendant à peu près 5 ans, je suis retournée aux États-Unis pour faire un Master à la Harvard University, à la Kennedy School of Government. Et pourquoi la Banque mondiale ? J’ai choisi cet organisme qui est le premier organisme pourvoyeur de financement au développement. La Banque mondiale, rien que pour cette année passée, c’était 60 milliards de dollars de financement au développement et 15 milliards de dollars rien que pour l’Afrique subsaharienne. Et pour moi, qui suis Africaine, j’ai toujours voulu, souhaité, avoir un impact sur le continent africain. Je ne pouvais pas trouver meilleur espace que cet organisme-là, et surtout, le travail avec les institutions. L’Afrique a besoin d’institutions fortes.
[Qui est Nayé Anna Bathily ?]
Je suis une personne volontaire, travailleuse, mais aussi très ouverte sur le monde, curieuse, et j’ai un profond humanisme : un amour des autres.
[Qui sont vos « héroïnes favorites » ?]
Mes héroïnes préférées, elles sont pas de la fiction, elles sont plutôt du monde réel. Je pense d’abord à ces femmes de Nder. Je ne sais pas si vous avez entendu parler de cette bataille de Nder qui a eu lieu en 1819 au Sénégal. Ce sont des femmes qui se sont battues contre les esclavagistes maures et qui ont sacrifié leur vie plutôt que de périr dans l’esclavage. Elles représentent la femme africaine d’aujourd’hui parce que mes héroïnes, ce sont les femmes anonymes, les femmes africaines, qui tous les jours se lèvent, se battent, pour aller travailler, pour faire bouillir la marmite. Ces femmes anonymes, ces femmes de l’ombre, ce sont elles aussi mes héroïnes. « Femmes d’Afrique en action », ce sont des femmes en mouvement, ce sont les femmes dynamiques et nous avons fait, il y a quelques… il y a un an, nous avons fait un rapport qui s’appelait « Women, the future Africa  », les femmes le futur de l’Afrique. Mais après réflexion, je me suis dit : « Mais non, les femmes, elles sont le présent de l’Afrique ». Et c’est ça, pour moi les « femmes d’Afrique en action », ce sont les femmes qui, aujourd’hui, sont au cœur du continent africain, mais aussi de toute l’humanité.
[Quelle est votre philosophie ?]
Ma philosophie de vie, c’est qu’il faut toujours persévérer, il faut toujours travailler et qu’il n’y a pas de fatalité et ça s’applique essentiellement aussi au continent africain. Nous pouvons y arriver, nous pouvons aller beaucoup plus loin. Mais, il faut qu’on travaille et ça se fera dans l’unité et dans la discipline. C’est le travail et le travail toujours !

Ihnen könnte auch gefallen...