Geopolitis A2 Grundkenntnisse

Succès du vélo : le transport en roue libre ?

Écoutez l'émission et placez les mots ci-dessous au bon endroit ! Ces mots sont en rapport avec la thématique des transports et les déplacements en ville.
Geopolitis-Velo-Video

La voiture, c'est plus cher, et l'essence est hors de prix. Évidemment, le vélo ne peut à lui seul remplacer tous les déplacements que l'on effectue en voiture. Il n'empêche, le deux-roues (= le vélo) l'emporte sur le quatre-roues ! En somme, il y a de plus en plus de cyclistes, ils roulent de plus en plus.
Amsterdam est une ville qui est adaptée et dispose de toutes les structures nécessaires - parkings, pistes cyclables, recharges pour vélos électriques. Paris, elle, a créé le Vélib', un système de partage de vélos imité partout dans le monde.
Que des avantages avec le vélo... Vous n'avez pas tous les bouchons (= bloqué dans la circulation), vous n'avez pas tous les problèmes de parcage (= un place pour laisser sa voiture), le temps – vous arrivez en station à la gare, vous prenez le vélo, vous allez faire vos courses ou le rendez-vous que vous avez avec vos partenaires ou clients. C'est plus facile !
Émilie Lehr, formatrice labellisée TV5MONDE
nbOk Bestandteil(e) von nb richtig angeordnet
Vorsicht!
Lisez encore une fois les mots à placer dans le texte. Vous comprenez tout ? Sinon, aidez-vous de la traduction fournie par Google (sous la vidéo).
Bravo!
C'est tout à fait ça !
Notez les mots que vous ne connaissiez pas.

Avec cet exercice, vous vous êtes concentré-e sur le vocabulaire du transport et des déplacements. Vous avez pu les remettre dans le contexte de la vidéo.
Notez-les bien dans votre cahier personnel.

Bienvenue sur Géopolitis.
 
C’est une révolution, on pourrait même dire une vélorution. Bref une révolution dans le monde du vélo. Figurez-vous qu’en Europe, en 2012, on a vendu plus de vélos que de voitures. D’accord, la voiture c’est plus cher oui, l’essence est hors de prix et évidemment le vélo ne peut pas à lui seul remplacer tous les déplacements que l’on effectue en voiture. Il n’empêche, il y a là un mouvement de fond, de plus en plus, le deux-roues l’emporte sur le quatre-roues. Un exemple : en Italie, on a vendu sur l’année un million quatre cent mille voitures et un million six cent mille vélos.
 
En somme il y a de plus en plus de cyclistes, ils roulent de plus en plus, de plus en plus souvent, et sur des trajets de plus en plus longs. C’est dire si le phénomène est important. C’est aussi un fait de société. Il apparaît que chez les jeunes Européens en tout cas, la voiture n’est plus tout à fait un objet statutaire comme on dit ou encore perçue comme un symbole de réussite sociale.
 
Thème intéressant au moment où ici à Genève s’ouvre le célèbre Salon de l’auto. La vélorution, c’est le thème de ce numéro de Géopolitis.
 
C’est une statistique qui frappe. Au Pays-Bas, il y a désormais plus de vélos que d’habitants. Certes, du côté d’Amsterdam, il y a longtemps que la petite reine est reine en son royaume. Et c’est vrai que les Hollandais ont toujours en la matière donné l’exemple d’une ville livrée aux deux-roues avec – c‘est important, les structures qui vont de pair avec ce mode de déplacement : parkings, pistes cyclables, recharges pour vélos électriques.
 
Toutes les villes ne sont pas adaptées à ce type de trafic. Prenons le cas de l’Espagne. Là aussi, on a vendu plus de vélos que de voitures, 780 000 contre 700 000. Mais, Madrid n’est pas Amsterdam, la ville est encore inadaptée voire dangereuse pour le vélo. Il y a plusieurs projets dont celui d’un anneau vert cycliste qui devrait entourer le centre historique de la ville, 10 kilomètres de pistes cyclables.
 
À Londres, écoutez bien, on n’imagine pour le futur un incroyable système de pistes cyclables aériennes. Oui, un anneau construit au-dessus des actuelles voies ferrées. Autre grand projet, celui de la ville de Milan qui va adopter son système de partage de vélos ; ça s’appelle le BikeMi et cela bien sûr sur le modèle des fameux Vélib’ parisiens, le Vélib’ devenu un exemple imité partout, de Londres à Barcelone, et de Montréal à New York.
 
Vélib’ ou vélos simples, en tout cas, vive la mobilité, c’est ce que résume ce cadre zurichois pris en flagrant délit d’abandon de voitures.
«  Vous avez pas tous les bouchons, vous avez pas tous les problèmes de parcage, le temps – vous arrivez en station à la gare, vous prenez le vélo, vous allez faire vos courses ou le rendez-vous que vous avez avec vos partenaires ou clients. Et vous revenez, vous reprenez le vélo et vous reprenez le train. Donc c’est une facilité, un confort qui est nettement plus accru que le véhicule. »
 
Pour votre gouverne, sachez qu’il se fabrique en moyenne 4 vélos par seconde dans le monde. Et quel est le plus grand, le plus gros producteur de vélos dans le monde ? La Chine, avec à elle seule une part équivalente à 58 % du marché mondial. Dans l’Empire du Milieu, on compte plus de 1000 marques de cycles et près de 100 millions de vélos. Un jour peut-être il y aura en Chine autant de vélos que d’habitants, ce serait là encore une formidable révolution !     

Ihnen könnte auch gefallen...