Diplôme de français des relations internationales B2 المستوى المتقدّم

Environnement : une situation irrémédiable ?

Comment Daniel Tanuro exprime-t-il son point de vue et comment explique-t-il concrètement le réchauffement climatique ?
Écoutez attentivement l’interview et remplacez les termes en gras par ceux qu’il utilise.
Cliquez sur les mots à corriger puis écrivez la bonne réponse Help on how to respond the exercice
FRI-B2-BarEurope-Tanuro-video
[Pour le scientifique, le réchauffement climatique est réel, nous allons même vers une catastrophe d’une] ampleur|dimension inimaginable|inconcevable[.]
[Il l’explique avec un exemple de « rétroaction positive » : le réchauffement provoque à la fois] la fonte|le dégel [de la banquise, qui a une incidence sur] le rayonnement|la radiation [solaire, et celle du pergélisol qui entraîne à son tour la production de méthane, qui] accélère|intensifie [le réchauffement. Il évoque également la] désintégration|dissolution [de la calotte glaciaire antarctique qui entraînera une montée conséquente du niveau des océans.]
[Selon Daniel Tanuro, nous devons sans attendre bannir les énergies] fossiles|non renouvelables [comme le charbon ou le gaz, car] l'urgence|la nécessité [est aujourd’hui] absolue|inconditionnelle[.]
[Dans ces conditions, croire que les négociations aboutiront à une solution] acceptable|satisfaisante [est une] illusion|utopie[. Il explique par ailleurs que le scénario de dépassement temporaire du seuil de dangerosité du réchauffement est] délirant|insensé[.]
nbOk عنصر صُحّح بشكل سليم
nbKo1 عنصر محدّد بشكل سليم وإنّما صحّح بشكل خاطئ
nbKo2 عنصر لا يجب تحديده ولا تصحيحه
nb عنصر غير محدّد
انتبه!
Attention, le texte de l’activité ne suit pas scrupuleusement l’ordre d’écoute. Aidez-vous des images pour repérer le moment où on entend chaque réponse.
Les mots en gras sont des synonymes des mots entendus.
أحسنت!
Daniel Tanuro a un point de vue très arrêté sur la question du réchauffement climatique. Mais même si la situation est urgente, elle n’est pas désespérée.
Faites l’activité suivante pour enrichir votre lexique avec certaines expressions utilisées par le scientifique ou le journaliste.
Cette activité vous permet de comprendre le point de vue de Daniel Tanuro sur la question du réchauffement climatique et sur ses mécanismes.
Lisez la solution, puis faites l’activité suivante pour enrichir votre lexique avec certaines expressions utilisées par le scientifique ou le journaliste.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance Française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 29/05/2019 - Modified on 09/07/2019
[Pour information, l'émission a été diffusée le dimanche 2 décembre 2018, jour de la Marche mondiale pour le climat.]

Paul Germain, journaliste
Daniel Tanuro, bonjour.
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Bonjour.
Paul Germainjournaliste
Vous êtes un spécialiste des questions climatiques, ingénieur agronome de formation, militant et membre fondateur de l’association « Climat et justice sociale » et allergique au capitalisme. Alors, au Bar de l’Europe, je vous ai servi une banane parce que, grâce au réchauffement climatique, on va bientôt pouvoir planter des bananiers…
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ah oui ?
Paul Germainjournaliste
…sur nos balcons en Europe…
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ah ! Pourquoi pas ?
Paul Germainjournaliste
On peut déjà prendre l’apéro sur une terrasse en novembre alors que vous, vous voulez le retour de la pluie, du vent et des frimas. C’est bien ça ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ah ça… comme argument climatosceptique, j’avais pas entendu encore celui-là ! Mais, oui, non, pensez, c’est drôle, mais c’est pas de ça qu’il s’agit. Il s’agit d’éviter un approfondissement de la catastrophe climatique qui a déjà commencé.
Paul Germainjournaliste
Oui.
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Évidemment, à première vue, Monsieur ou Madame Tout-le-monde se dit « Bon, un ou deux degrés de plus, ce serait quand même agréable, surtout en Belgique, un pays si pluvieux et si froid l’hiver. » Mais il faut savoir qu’à deux degrés d’augmentation de la température, on va vers une catastrophe d’une ampleur absolument inimaginable. 
Paul Germainjournaliste
Et la situation est plus grave que ce qu’on imaginait, c’est ce que dit le GIEC[1], les experts du climat. Ça veut dire quoi, plus grave ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ben, ça veut dire que le bouleversement climatique progresse plus vite qu’on ne l’avait prévu et ça veut dire que les effets sont plus sérieux qu’on ne le pensait. Par exemple, pas mal de projections du GIEC sont en dessous de la réalité. On peut l’observer en comparant les projections à la réalité observée, puisque le GIEC existe déjà depuis plusieurs décennies maintenant. Par exemple, en matière de hausse du niveau des océans, les projections, c’était deux millimètres par an, mais la réalité observée, c’est trois millimètres par an. Alors, encore une fois, des gens peuvent dire « un millimètre, c’est pas grand-chose », mais ça fait tout de même 50 % en plus. Alors, si le GIEC projette quatre-vingts centimètres d’augmentation du niveau des océans, vous ajoutez 50 %, on est à un mètre vingt, et ça devient très inquiétant. 
Paul Germainjournaliste
Et selon vous, il y a un effet domino : le réchauffement entraîne le réchauffement.
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Absolument ! C’est ce que les scientifiques appellent les rétroactions positives du changement climatique. Par exemple, le réchauffement provoque la fonte de la banquise de mer, donc le rayonnement solaire est moins réfléchi par l’absence de glace que s’il y a une glace blanche, ou bien le réchauffement provoque la fonte du pergélisol[2, les terres gelées dans les zones périarctiques, et alors, se dégagent de grandes quantités de méthane qui accélèrent, effectivement, le réchauffement. Y a pour ainsi dire un effet boule de neige du réchauffement, si on peut dire. 
Paul Germainjournaliste
Alors, avec d’autres associations, vous avez décidé d’organiser ce dimanche 2 décembre[3à Bruxelles une grande marche pour le climat, parce qu’effectivement, on va droit dans le mur et il faut qu’on s’alarme en quelque sorte. 
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Oui, il faut absolument qu’on s’alarme et il faut vraiment que les citoyens, les citoyennes, les associations prennent cette affaire en main, parce que les gouvernements, selon nous, en tout cas « Climat et justice sociale », y a aucune illusion à se faire sur les gouvernements et les négociations.
Paul Germainjournaliste
Ils sont aveugles ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
C’est eux qui nous ont… Ben, même ceux qui ne sont pas aveugles, c’est tout de même eux qui nous ont mis dans ce bourbier, dans ce guêpier. Et, en plus, y a de plus en plus de gouvernements qui se retirent maintenant des engagements climatiques, c’est le cas de Trump, c’est le cas du Brésilien Bolsonaro. Donc, penser qu’il pourrait sortir des négociations climatiques une solution acceptable, c’est une illusion. Donc il faut absolument que la société civile se mobilise. Nous appelons à une véritable insurrection citoyenne, un soulèvement, pacifique, mais déterminé, et sur le long terme. Il faut être là le 2 décembre, mais au-delà de ça, il faut maintenir la pression. Il faut créer un climat tel, un climat social, si vous voulez, tel qu’il devienne impossible, politiquement, pour les gouvernements, de ne pas faire quelque chose de plus sérieux que ce qu’ils font aujourd’hui.
Paul Germainjournaliste
Mais qu’est-ce qu’il faut prendre comme décisions, au niveau politique ? Sortir d’une manière radicale des énergies fossiles, le charbon, le gaz, il faut abandonner tout ça ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ah oui ! Il faut absolument abandonner les énergies fossiles et le faire très très rapidement, parce que, comme on a reporté les décisions à prendre depuis un quart de siècle maintenant, maintenant, l’urgence est absolue.
Paul Germain, journaliste
Mais il y a des lobbys qui veillent au grain, non ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ah oui ! Ça, les lobbys, ils veillent au grain. Les lobbys, ils veillent au grain et ils font… ils influencent tellement les politiques qu’émerge un scénario, qui est un scénario selon nous assez délirant, c’est l’idée qu’on pourrait dépasser temporairement le seuil de dangerosité du réchauffement, et refroidir la planète par après, par l’usage de technologies à émissions négatives. Le grand danger, c’est  que…
Paul Germainjournaliste
C’est pas une bonne idée, ça ?
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Ben, c’est pas une bonne idée, parce qu’il y aurait moyen de faire autrement, de un, et surtout, pendant la période de dépassement temporaire, des basculements définitifs peuvent se produire. Par exemple, on sait qu’il y a des parties de la calotte[4glaciaire de l’Antarctique qui sont en train de se désintégrer et dont la désintégration peut faire monter le niveau des océans, à elles seules, de trois mètres cinquante, voire davantage. Donc, si ça se produit…
Paul Germainjournaliste
Les calottes sont cuites[5
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Pardon ?
Paul Germainjournaliste
Les calottes sont cuites.
Daniel Tanurofondateur de « Climat et justice sociale »
Les calottes sont en train de cuire méchamment, en effet, oui.
Paul Germain, journaliste
Mais en fait, c’est le capitalisme selon vous qui est responsable du réchauffement climatique ?
Daniel Tanuro, fondateur de « Climat et justice sociale »
Mais y a une chose qui est évidente, c’est qu’il n’y a pas de croissance infinie possible sur une planète finie. Or, le capitalisme est un système basé sur une dynamique de croissance infinie. Donc là, y a un très très très gros problème. Et c’est d’ailleurs pour tenter d’échapper à cet antagonisme qu’est surgi ce scénario de dépassement temporaire. C’est l’idée, ben, on pourrait, sans mettre en cause la croissance du système, quand même, essayer de sauver ou de limiter la catastrophe climatique par ce processus dépassement-refroidissement.


[1Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé en 1988 dans le but de fournir des évaluations détaillées de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade. Le sigle anglais est IPCC, pour Intergovernmental Panel on Climate Change.
[2]Sous-sol gelé en permanence (au moins pendant deux ans) situé dans les régions alpines, arctiques et antarctiques. On utilise parfois le mot anglais : permafrost. Le pergélisol se distingue du mollisol (partie du sol de moins d’un mètre d'épaisseur qui gèle en hiver et fond en été).
[32 décembre 2018.
[4Glacier d'eau douce très étendu. Une calotte glaciaire ne dépasse pas 50 000 m² ; au-delà on parle d'inlandsis (« glace de l'intérieur du pays » en danois). 
[5] Jeu de mots avec l'expression « Les carottes sont cuites » qui signifie : tout est perdu, il n'y a plus rien à sauver. 

ربما يعجبك أيضاً...