Regards croisés sur la Déclaration universelle des droits de l'homme B1 المستوى المتوسّط

Moi aussi je veux faire une grande école

Que disent Julie et Camille sur les programmes d’égalité des chances ?
Concentrez-vous sur les témoignages des deux étudiantes et rendez à chacune ses propos.
Cochez la ou les bonnes réponses Help on how to respond the exercice
DUDH-5-HautParleurs-video
Elle avoue qu’elle a des difficultés dans certaines matières.
Julie
Camille
Elle dit qu’elle n’aura pas beaucoup à rembourser.
Julie
Camille
Elle évoque une de ses cousines.
Julie
​Camille
Elle explique que l'argent de la fondation ne couvre pas tous les frais.
Julie
​Camille
Elle mentionne une forme de handicap à l’entrée dans la vie active.
Julie
​Camille
Elle parle de dette.
Julie
​Camille
Elle raconte que même sans le programme, elle aurait pu faire une grande école.
Julie
​Camille
Elle révèle qu’elle ne peut pas assister à tous les événements de l’école.
Julie
​Camille
Elle se confie sur tout ce que sa marraine lui a apporté.
Julie
​Camille
nbOk إجابة صحيحة من أصل nb
انتبه!
Les propositions ne sont pas dans l’ordre d’écoute : relisez-les bien et assurez-vous de les avoir bien comprises, puis écoutez une nouvelle fois les témoignages. N’hésitez pas à faire des pauses pour répondre plus facilement.
Attention, un élément correspond à la fois à Julie et à Camille.
أحسنت!
Vous avez parfaitement compris les témoignages de Julie et de Camille.
Passez à la dernière activité pour enrichir votre lexique.
Cette activité vous permet de bien comprendre les témoignages de Julie et de Camille.
Lisez la solution, puis faites la dernière activité pour enrichir votre lexique.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française
Published on 09/07/2018
Julie
Si j’avais pas eu « Émergence », j’aurais peut-être quand même pu faire une école de commerce, mais j’aurais dû m’endetter sur beaucoup d’années à côté.
Alexandre
Eh oui ! Faire une grande école, c’est un peu le rêve pour décrocher certains métiers.
Sarah
Mais ce n’est pas à la portée de tous les élèves, même s’ils ont de bons résultats.
Alexandre
On a beau avoir le même bac, on ne part pas tous de la même case départ. C’est pour ça qu’il existe des programmes d’égalité des chances. Moi, c’est Alexandre.
Sarah
Et moi Sarah. Et on s’est demandé si ces systèmes d’égalité des chances changeaient vraiment les règles du jeu.
Cette idée d’égalité des chances, ça fait une quinzaine d’années que ça a commencé dans les grandes écoles, et maintenant, elles ont presque toutes leur programme.
Premier changement dans les règles du jeu : l’argent. Le papa de Julie faisait de l’intérim, sa maman était au chômage. Impossible pour eux de payer les frais de scolarité. Un programme d’égalité des chances l’a aidée.
Julie
Si j’avais pas eu « Émergence », j’aurais peut-être quand même pu faire une école de commerce, mais j’aurais dû m’endetter sur beaucoup d’années à côté.
Alexandre
Pareil pour Camille. Son père a un bon boulot, mais ils sont séparés. Et sa mère a été au chômage un moment. C’est une fondation qui l’a soutenue pour payer Science Po, parce qu’elle avait de bons résultats.
Camille
Donc c’est assez handicapant pour les personnes qui rentrent directement dans la vie active et qui ont une sorte de dette à rembourser. Alors que là, j’en aurais une tout de même puisque la fondation couvrira pas tous mes frais de scolarité, mais elle sera vraiment minime.
Sarah
L’autre obstacle pour obtenir un bon poste, c’est quand on manque de réseau. Les parents n’ont pas d’amis bien placés par exemple. Les programmes essaient de corriger aussi cette inégalité.
Julie
En rentrant dans « Émergence » du coup, j’ai fait la rencontre de ma marraine. Ça m’a apporté énormément de choses à côté. Elle m’a ouvert un réseau exceptionnel, elle m’a permis de participer à des événements incroyables.
Alexandre
Bon, vu comme ça, ça a l’air parfait. Mais l’égalité ne sera jamais totale. Par exemple, Julie a senti qu’elle aurait eu besoin de cours particuliers, notamment en maths.
Julie
J’ai pas eu beaucoup d’aide en dehors du lycée, du coup, je sens la différence par rapport à cette matière. Là, clairement, j’ai un retard en maths.
Alexandre
Elle doit aussi travailler en parallèle de ses études. C’est autant de temps en moins pour le reste.
Julie
Y a beaucoup d’événements de l’école que je peux pas faire du tout, parce que je travaille du coup treize heures par semaine. Et on sait qu’en école de commerce, tout ce qu’on fait autour, ça compte. Les associations dans lesquelles on est dans l’école, ça compte, et notre investissement dans ces associations-là compte aussi.
Sarah
Il y aussi les différences culturelles et de milieu social.
Julie
Je sais pas si j’ai le droit de le dire. J’ai une copine qui a eu un sac Yves Saint-Laurent pour ses vingt ans. Enfin, pour moi par exemple, ca, c’est hallucinant, enfin… c’est… On ne vient pas du même monde.
Sarah
Le problème, avec les programmes d’égalité des chances, c’est qu’ils aident seulement un petit nombre de jeunes sélectionnés selon des critères de résultats, de revenus. Et il y a en a forcément, tout aussi méritants, qui passent entre les mailles du filet.
Julie
J’ai ma cousine par exemple : c’est une famille modeste. Les deux parents travaillent et arrivent du coup à un niveau de salaire tel qu’elle a zéro bourse. C’est pas pour autant que ses parents peuvent lui payer des grandes écoles.
Alexandre
Même s’il existe de super programmes pour aider les étudiants qui subissent des inégalités, ça reste assez exceptionnel.
Sarah
Pour donner les mêmes chances à tout le monde, il faudrait encore plus de cas par cas.
Alexandre
N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire…
Sarah
Et rendez-vous sur le site des Haut-parleurs pour plus de vidéos sur le thème du travail.

ربما يعجبك أيضاً...