Diplôme de français des relations internationales B1 المستوى المتوسّط

Les Haut-parleurs ou comment interpeler sur un problème d'environnement

Dans son JT, Mr Xuman parle de protection de l’environnement, un sujet relativement commun. Mais vous l’avez remarqué : la façon dont il l’aborde est, elle, plutôt inhabituelle.
Regardez une nouvelle fois le document et dites s’il contient ou non les éléments suivants.
Glissez-déposez les éléments Help on how to respond the exercice
FRI-HautParleurs-Senegal1-B1-Video
Un état des lieux
Des éléments factuels : chiffres, faits…
L’interview d'habitants
Des éléments de réponse au problème
De l'humour
Une référence à un autre problème local
Le point de vue du journaliste
L’interview de responsables politiques ou associatifs
De la résignation, du découragement
Des informations créées pour la rime
nbOk عنصر في مكانه الملائم من أصل nb
انتبه!
Relisez les propositions puis prenez un peu de recul pour analyser le document dans son ensemble.

Vous l'avez noté : ce JT est rappé ; il est donc construit avec des rimes, c'est-à-dire des sons qui se répètent en fin de phrase (par exemple « pharmacie » / « merci » ou « résistant » / « 400 ans »).
أحسنت!
Vous avez parfaitement identifié les éléments présents dans le JT de Mr Xuman. Vous le constatez, ce JT a tous les éléments factuels du JT classique. Mais pour vous, ce traitement inhabituel valorise-t-il le sujet ?
Quel que soit votre point de vue, pensez à vous démarquer quand vous présentez un sujet. Vous ne devez pas forcément faire un rap, mais il est important de mettre en valeur ses propos, surtout lorsqu’on s’exprime sur un sujet largement débattu.
Pour en savoir plus sur la position des pays d'Afrique de l'Ouest et pour avoir d'autres arguments sur le sujet, lisez l'article « Prolifération des sacs plastique en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ? ».
Ou pour regarder plus de vidéos sur le thème de l'environnement, consultez le site des Haut-parleurs.
Cette activité vous permet d’analyser le contenu du document.  Lisez la solution et vous constaterez que ce JT a tous les éléments factuels du JT classique. Mais pour vous, ce traitement inhabituel valorise-t-il le sujet ?
Quel que soit votre point de vue, pensez à vous démarquer quand vous présentez un sujet. Vous ne devez pas forcément faire un rap, mais il est important de mettre en valeur ses propos, surtout lorsqu’on s’exprime sur un sujet largement débattu.
Pour en savoir plus sur la position des pays d'Afrique de l'Ouest et pour avoir d'autres arguments sur le sujet, lisez l'article « Prolifération des sacs plastique en Afrique de l'Ouest : faut-il les interdire ? ».
Ou pour regarder plus de vidéos sur le thème de l'environnement, consultez le site des Haut-parleurs.
Conception: Hélène Emile, CAVILAM - Alliance française, avec la CCI Paris Île-de-France
Published on 20/04/2016 - Modified on 07/02/2020
Mr Xuman, journaliste-rappeur
Bonjour ! Waouh ! Bienvenue, installez-vous, on a des nouvelles pour vous.
Y a de bonnes, y a de mauvaises, mais y a des nouvelles pour vous.
Bienvenue, installez-vous, on a des nouvelles pour vous.
Y a de bonnes, y a de mauvaises, mais y a des nouvelles pour vous.
L’histoire de l’humanité s’écrit avec plein de ratures.
Surtout le chapitre concernant nos rapports avec la nature.
La pollution est devenue notre seconde nature.
À ce rythme l’air pur sera plus précieux que l’or pur.
Cela dit : faisons un diagnostic de cette écologique maladie.
Dans le quotidien du Sénégalais comment cela se traduit ?
Nous sommes allés à sa rencontre constater comment il le vit.
Et aussi, lui demander son avis.

Sénégalais interviewé
Le sac plastique ? Un cancer nécessaire.
Il est partout, il est pratique.
Il est gratuit ou pas cher
À la boutique, chez le boucher, au marché ou même à la pharmacie.
Avec un sourire on vous l’offre avec un petit « merci ».

Mr Xuman, journaliste-rappeur
Le Sénégal utilise 5 millions de sachets quotidiennement,
Équivalant à 128 milliards de sachets par an.
En croissance exponentielle annuelle de 7%,
Le plastique est un poison. Tout le monde le sait pourtant.
Pire que le criquet pèlerin, il est envahissant,
Il défigure la nature en l’enlaidissant,
Se multiplie comme la vermine, très résistant
Pour disparaître complètement, il met 400 ans.
Sans parler du bétail et du troupeau qu’il tue,
Des canalisations et des cours d’eau qu’il obstrue
Mais y a de l’espoir, on peut encore changer,
Il faut appliquer les 3 R : réduire, réutiliser et recycler.
Comme en Côte d’Ivoire, au Mali ou en Mauritanie,
Au Sénégal depuis avril les sacs plastiques fins sont interdits.
Interdits à la production, à la vente, à la distribution.
Amen, c’est le début de la solution !

ربما يعجبك أيضاً...