Où l'Afrique peut-elle faire entendre sa voix ?

Disponible jusqu'au
19/01/2021
Dans cette interview, Aminata Traoré s’exprime sur les relations entre les membres du Conseil de sécurité de l’ONU et les pays africains. Pour vérifier si vous avez bien compris ses propos, dites si les phrases suivantes sont vraies ou fausses.
                                                                      
FRI-B1-EtSiVousMeDisiezLaVerite-MarcheDignite-Video

- Pour le moment, l’Afrique ne fait pas partie de la gouvernance mondiale. Vrai|Faux
- Les pays qui dirigent le Conseil de sécurité de l’ONU sont les vainqueurs de la Deuxième Guerre          mondiale. Vrai|Faux
- En Libye et en Irak, les conséquences de l’intervention du Conseil de sécurité sont positives. Faux|Vrai
- La somme d’argent envoyée par les migrants dans leur pays d’origine dépasse l’aide publique au développement. Vrai|Faux
- L’argent envoyé par les migrants alimente une situation chaotique dans les pays africains. Faux|Vrai
- Au Mali, l’État déconseille aux jeunes d’immigrer en Europe et leur propose des solutions de rechange. Faux|Vrai
Murielle Bidault, CAVILAM - Alliance française avec la CCI Paris Île-de-France

nbOk réponse(s) correcte(s) sur nb

Attention

Pour vous aider, les phrases suivent l’ordre de l’interview.

Bravo

Vous avez compris les informations principales données dans cette interview par Aminata Traoré.
Faites l’activité suivante pour comprendre précisément les propos de l’invitée.

Pour confirmer vos réponses :
- En Libye et en Irak, les conséquences de l’intervention du Conseil de sécurité sont catastrophiques.
- L’argent envoyé par les migrants est un facteur de paix.
- Comment peut-on imaginer que l’État puisse dire aux migrants « Vous ne partez plus !... » et  « Sans solution de rechange sur place. » 
Pour vous aider à mieux comprendre la correction :
- En Libye et en Irak, les conséquences de l’intervention du Conseil de sécurité sont catastrophiques.
- L’argent envoyé par les migrants est un facteur de paix.
- Comment peut-on imaginer que l’État puisse dire aux migrants « Vous ne partez plus !... » et  « Sans solution de rechange sur place. »

Faites l’activité suivante pour comprendre précisément les propos de l’invitée.