Arctique, la fin d'un sanctuaire ?

Disponible jusqu'au
03/03/2018
Jean-Christophe Victor soigne toujours ses conclusions. Elles lui permettent de synthétiser les idées développées et d'exprimer implicitement son opinion. Écoutez la fin de l'émission (à partir de 2'25"). Cliquez sur les informations correctes. Attention, les informations sont données dans le désordre.
DDC-Arctique-Video
  • 3'32

  • © Le Dessous des Cartes, Arte France, en collaboration avec le Lépac

[Concernant les exploitations des ressources du pôle Nord :] (3 réponses correctes)
Le présentateur doute que l'exploitation des richesses de l'Arctique soit possible.  
{Le présentateur pense que les plateformes offshore sont assez solides pour résister au choc avec un iceberg.}
Le présentateur ironise sur la complexité d'exploitation des ressources minières en Arctique.
Il y a beaucoup de compagnies qui recherchent des hydrocarbures dans l'Arctique.
{Depuis l'annonce de ses estimations, le US geological survey a modifié ses résultats.}

[À propos de la navigation sur ces nouvelles voies maritimes, le présentateur nous dit :(4 réponses correctes)
Pour pouvoir naviguer en Arctique, les bateaux doivent avoir des coques renforcées.
Des brise-glaces devront accompagner les navires.
{Aucune compagnie d'assurance ne voudra assurer les navires passant par l'Arctique.}
{Les sauvetages resteront peu coûteux en Arctique.}
Le présentateur évoque l'exemple de l'Exxon.
Il y a d'énormes icebergs dans cette région.
Stéphanie Witta, Alliance française de Bruxelles-Europe
nbOk élément(s) correctement sélectionné(s)
nbKo élément(s) sélectionné(s) en trop
nb élément(s) restant à sélectionner

Attention

Si vous ne comprenez pas certains termes, cliquez dessus pour obtenir leur définition.

L'ironie consiste à dire le contraire de ce que l'on veut faire entendre. Quand le présentateur invite le téléspectateur à réfléchir sur le poids d'une plateforme offshore face à un iceberg dérivant, il sous-entend que rien ne peut arrêter ce dernier.    

Bravo

Vous avez bien compris les informations fournies et vous avez su repérer le ton ironique du présentateur. 

Le présentateur doute de la possibilité d'exploiter les ressources minières en Arctique : il ironise sur le fait qu'il faudra des brise-glaces pour rassurer les assureurs, il fait référence à la marée noire en Alaska pour souligner la complexité des sauvetages et il amène le téléspectateur à réfléchir sur le poids d'une plateforme offshore face à un iceberg dérivant, sous-entendant que rien ne peut arrêter ce dernier. 

Le dernier exercice s'intéresse à l'expression de l'intensité. 
Cet exercice se concentrait sur la conclusion et sur les opinions implicites du présentateur.

Le présentateur doute de la possibilité d'exploiter les ressources minières en Arctique : il ironise sur le fait qu'il faudra des brise-glaces pour rassurer les assureurs, il fait référence à la marée noire en Alaska pour souligner la complexité des sauvetages et il amène le téléspectateur à réfléchir sur le poids d'une plateforme offshore face à un iceberg dérivant, sous-entendant que rien ne peut arrêter ce dernier. 

Le dernier exercice s'intéresse à l'expression de l'intensité.